Paroles de petits confinés

Chaque jour, les enfants nous envoient des messages pour nous raconter le confinement. Chaque semaine, retrouvez leurs joies et leurs chagrins dans ces chroniques des petits confinés…

Scène 1 : Fichu virus !

Bien-sûr en arrière-plan, il y a le virus, ennemi invisible qui paralyse les masses. Les enfants l’intègrent parfois silencieusement mais ils sentent bien le poids de la menace peser sur leurs petites épaules.

« J’espère que personne n’est malade à cause du virus. Nous, nous allons bien. Mais nous faisons attention à ne pas donner le virus aux papis et mamies.Parce qu’on pourrait l’avoir sans le savoir ! On ne peut pas le voir, le virus ! ».

D’autant que certains sont plus informés ou plus concernés que d’autres. Dans le Grand Est, les enfants sont nombreux à avoir dû faire face à la maladie et parfois à la mort d’un papi ou d’une mamie. Et un peu partout, les enfants de soignants souffrent aussi de l’absence de leur parent réquisitionné pour prendre soin des autres.

« Je suis toute seule pour faire les devoirs, Maman est infirmière »

regrette la petite Camille.

Au début de l’épidémie du CoronaVirus, Evan a été très inquiet pour son papa qui est aide-soignant, car il ne voulait pas qu’il soit malade. Maintenant, il est rassuré. Pour s’occuper, il aime bien dessiner, et lit chaque jour un petit passage de la Bible. L’ACE propose également des activités pour permettre aux enfants de décompresser et de prendre des récréations dans ce quotidien anxiogène…

Scène 2 : L’école à la maison, quelle aventure !

Avec l’école à la maison, ce sont encore d’autres modes de relation qui se mettent en œuvre entre les petits et les grands, et d’autres anecdotes insolites qui nous reviennent quand maman ou papi jouent les enseignants :

« Je vais chez ma grand-mère, mes parents travaillent, je découvre qu’elle m’aime beaucoup ; elle m’aide à faire mes devoirs. ».


Dans certains immeubles, la solidarité s’organise face au manque de matériel informatique de certaines familles, on met son PC à disposition de plusieurs ados le temps d’un cours en visio :

« Au début c’était la galère à la maison, d’abord il n’y avait qu’un seul ordinateur et on était 3 à devoir l’utiliser… Un des collègues de maman lui a prêté un ordinateur et on l’a prêté à ma grande sœur. Moi je fais mon travail sur la tablette parce que ma maîtresse ne nous donne pas de travail sur un site Internet mais on fait des visioconférences et là aussi ça a été la galère parce que, un coup il n’y avait pas de son, personne ne m’entendait, un coup moi je ne les entendais pas… Après ça allait mieux, parce que je priais tous les soirs pour que ça se passe bien et ça a marché. ».

Pour les plus petits aussi, la situation semble parfois incongrue :

« Mon maître me téléphone et me dit de réciter l’alphabet, c’est rigolo… ».


Ces paroles d’enfants, petits récits du quotidien, anecdotes et initiatives de toute nature, ces petits riens de la vie des enfants ne sont pas rien : ils nous rappellent la vie qui passe et qui est si précieuse. Sachons l’apprécier avec eux !

Les commentaires sont clos.