Carême | Semaine du lundi 4 au dimanche 10 avril


Paroles d’enfants – paroles de sagesse !

« C’est important de s’exprimer, tu peux parler, tu peux oublier tout ce que tu as fait, ce qui s’est passé. Ça te libère quand il y a de mauvaises choses. On parle à la maison avec ma mère. Je parle avec mes copines. »

(Lucille, 10 ans)

« On peut faire la paix dans le monde en s’aidant, en jouant avec les autres, en parlant et en acceptant tout le monde. Et surtout en arrêtant toutes les guerres »

(Ozan, 11 ans)

« Il faut aider les autres pour que Dieu nous aide à son tour. »

(Erwan, 13 ans)

« Je n’aimerai pas changer de famille même s’il y a des problèmes, c’est la vie, mais c’est notre famille. »

(Claire, 12 ans)

Une prière pour nous accompagner

« Prendre un rameau est une invitation adressée au Christ : « viens, Tu peux franchir les portes de la ville. Ce que Tu dis et ce que Tu fais, je le mets dans ma vie, car je crois que Tu es Dieu venu m’inviter à être heureux ». Prendre un rameau, c’est prendre la décision de sortir à la suite de Jésus… C’est une démarche libre, c’est un geste de croyant, un choix. Venir chercher un rameau, le prendre, le tenir en main et le garder bien en vue à la maison, c’est décider d’ouvrir la porte à l’Evangile et d’accueillir Dieu par des gestes concrets à l’égard de nos frères chaque jour. »

Charles Singer


LISTE D’IDEES

d’actions de partage à mener pendant le Carême


Cette semaine, avec le Dimanche des Rameaux, le Carême proprement dit s’achève.

Procession des Rameaux – (Luc 19, 28-40)

Le dimanche des Rameaux est le dimanche qui inaugure la Semaine Sainte, semaine qui se termine à Pâques et qui verra le dernier repas de Jésus, sa condamnation, sa mort et sa résurrection.

Depuis trois ans, Jésus sillonnait le pays en proclamant la Bonne Nouvelle. Il guérissait les malades et annonçait que le Royaume appartenait aux plus pauvres…Beaucoup de gens trouvaient réconfort et espérance auprès de Lui et beaucoup voyaient en Lui un grand roi qui les sauverait.

C’est pourquoi, ce jour-là, Jésus arrive à Jérusalem pour vivre la fête de la Pâque juive (fête durant laquelle les Juifs se souvenaient que Moïse avait libéré le peuple de l’esclavage en Egypte). Jésus est accompagné de quelques disciples et il marche devant eux, monté sur un petit âne. En effet, dans l’Ancien Testament, le roi Salomon était entré dans la ville sur un âne, monture royale disant l’humilité de l’homme qui a reçu sa mission de Dieu. Au temps de Jésus, l’animal noble était le cheval. Jésus aurait pu choisir un cheval pour entrer à Jérusalem… Comme Salomon, il choisit l’âne comme pour dire que sa mission vient bien de Dieu !

Il est acclamé par la foule qui l’accueille avec un grand enthousiasme. C’est vraiment un roi qu’elle accueille avec des chants de louange et des palmes dont elle jonche son chemin. La foule crie : « Hosanna ! ». Hosanna est un mot hébreu qui pourrait se traduire par : « Sauve-nous, je t’en prie ! De grâce, sauve-nous ! De grâce, libère-nous ! ».

Le jour de la fête des Rameaux, on vient à l’église avec des rameaux pour qu’ils soient bénis. Ils seront pour nous le signe que Dieu passe sans fin dans nos existences, que nous pouvons l’accueillir tous les jours de notre vie.

Mais, Jésus n’est pas un roi comme la foule le voulait. Son Royaume est tout autre… À cet enthousiasme de la foule, va succéder le chemin de Croix et la mort de Jésus. C’est pourquoi lors des messes du dimanche des Rameaux, nous lisons aussi la Passion de Jésus pour se souvenir de cette entrée triomphante dans Jérusalem mais aussi de l’entrée dans la semaine Sainte.

LES ELEMENTS DE LA SEMAINE 6

On récapitule !

Téléchargez les fiches de la semaine pour vivre le Carême

Les commentaires sont clos.