Carême | Semaine du lundi 21 mars au dimanche 27 mars


Sur notre chemin de Carême, des paroles d’enfants inspirantes…

« Il faut aider les pauvres, je donne souvent des habits, à l’école, on a donné des jouets dans des boîtes ; c’est bien de se sentir concerné par le sort des autres, en donnant mais aussi en triant nos déchets pour réduire la pollution…  »

(Vincenzo, 10 ans)

« J’aime bien la méditation, on respire, on expire, on se sent bien dans le corps c’est la paix et le silence »

(Eliot, 11 ans)

« Un monde en paix pour moi c’est quand on laisse les autres tranquille, et quand on ne fait pas de différence que ce soit sur les origines, la façon de s’habiller etc. »

(Fadila, 13 ans)

« J’aime marcher, ces moments sont importants pour contempler la nature »

(Shaili, 11 ans)

Et pour poursuivre, une invitation à ouvrir notre cœur !

« Donne-moi à toute heure de ce jour d’offrir un visage joyeux et un sourire d’ami à chaque homme, ton fils et mon frère. Donne-moi un cœur trop large pour ruminer mes peines, trop noble pour garder rancune, trop fort pour trembler, trop ouvert pour le refermer sur qui que ce soit. Seigneur, mon Dieu, je te demande ces grâces pour tous les hommes qui luttent aujourd’hui comme moi, afin que diminue la haine et que croisse l’Amour, car, depuis ta Résurrection la haine et la mort ont été vaincues par l’Amour et la vie. Ouvre nos yeux à l’invisible pour que rien n’arrive à ébranler l’optimisme de ceux qui croient en Toi et qui croient en l’Homme, qui espèrent en Toi et qui espèrent en l’Homme. »

Sœur Emmanuelle


LISTE D’IDEES

d’actions de partage à mener pendant le Carême


Commentaire de l’Evangile du 4ème Dimanche de Carême

Le fils prodigue – Luc 15 (1-3, 11-32)

Cette parabole est sans doute l’une des plus connues de l’Évangile. Elle témoigne de l’Amour infini de Dieu et de sa générosité illimitée.

« Un père avait deux fils… » : une famille… Le plus jeune veut quitter sa famille pour « aller vivre sa vie ». Alors le Père partage en parts égales ses biens entre ses fils. Le plus jeune prend sa part et va la dépenser dans une vie facile tant qu’il y a de l’argent mais après…Le texte nous dit qu’on donnait à manger aux cochons ; pas à lui ! Il était traité comme moins que ces animaux qui étaient à cette époque considérés comme impurs !

Le jeune homme réfléchit et, avec beaucoup d’humilité, décide d’oser demander à son père de l’employer comme un simple ouvrier de sa maison. Mais en le voyant venir au loin, son père sort et va l’accueillir sans se poser de question. Ce père plein d’amour devait espérer au fond de son cœur le retour de son enfant. Il lui redonne sa dignité, sa place d’homme et de fils. Sa joie est si grande ! Il faut faire la fête !

Pendant ce temps, le fils aîné travaille à la terre de son père et lorsqu’il rentre, une nouvelle fois, c’est le père qui sort pour aller vers ce fils qui est fâché, jaloux ; il se sent trahi et blessé de voir que son bon service auprès de son père n’obtient pas de récompense…

Les paroles de son père : « tout ce qui est à moi est à toi » lui font comprendre que cette terre qu’il travaille est à lui puisque c’est son héritage…Ce père est un père aimant ; il aime ses deux fils de la même façon. En racontant cette parabole, Jésus veut nous faire comprendre combien Dieu est un père tout rempli d’amour. Nul n’est jamais parti trop loin de Lui ! Nous comptons beaucoup pour Lui et sommes précieux. Lorsque nous revenons à Lui, il vient à notre rencontre et nous accueille.

LES ELEMENTS DE LA SEMAINE 4

On récapitule !

Téléchargez les fiches de la semaine pour vivre le Carême

Les commentaires sont clos.