Yoan, musicien et chanteur compose pour les enfants de l’ACE


Au dernier Conseil National des Enfants, les représentants des clubs ACE ont voté pour la résolution « Meilleur qu’hier ». A 22 ans, Yoan Schumacher, auteur-compositeur-interprète, s’est vu confier la co-création, avec les enfants, de la chanson de cette nouvelle résolution. Il a accepté cette aventure ! Et a proposé, accompagné par Joy Blank, de mettre ses talents de musicien et de chanteur au service des enfants de l’ACE.

Les talents de chanteur et de musicien de Yoan pour promouvoir, en chanson, la nouvelle résolution des Enfants « Meilleur qu’hier »

D’où te viennent ces talents de chanteur et de musicien ?

Yoan le composition de la chanson de la nouvelle résolution des enfants de l'ACE

« Mon père est musicien… De manière générale, mes parents ont cherché à éveiller notre créativité, notre imagination. J’ai pris des cours de musique tôt. J’ai commencé par le piano, plus tard j’ai fait de l’accordéon et la guitare est arrivée au lycée… Mais je dirais que mon instrument principal, c’est ma voix, et ma guitare est un support. J’ai développé ce talent en jouant dans la rue.

J’aime aussi écrire. J’ai eu un professeur de français qui, en véritable amateur de poésie, a su nous faire aimer la chanson. Je suis allé à l’école Jacques Prévert de La Ferté-Macé où toutes les classes préparaient un spectacle multi scènes. J’aime être sur scène. Je m’y sens moi-même, libre. Finalement, je crois que tout s’est fait pour que je m’intéresse à la chanson et que j’aimé créer… »

Comment en es-tu venu à accepter le projet de créer la chanson de la nouvelle résolution « Meilleur qu’hier » ?

« Tout commence au moment où Marie-Julie Subervie, chargée de la pédagogie à l’ACE, qui avait entendu parler de moi me contacte. Elle m’a fait part du projet de cette chanson qui est composée tous les deux ans avec l’aide des enfants… et elle m’a proposé d’en être l’auteur-compositeur-interprète. J’ai mis un peu de temps à me décider car c’était la première fois qu’on me sollicitait pour une création de ce genre. Mais j’ai finalement accepté !

Ecrire et composer une chanson de A à Z en m’inspirant des enfants, c’est une première expérience ! J’ai toujours chanté sur scène et ne suis jamais allé jusqu’à cette étape de l’enregistrement studio. Je m’en suis senti capable et surtout j’en avais envie. Je me réjouis que cette chanson puisse être écoutée partout en France… »

Quelles sont les étapes de création de la chanson ?

« La première étape a été cette rencontre avec Marie-Julie pour mieux comprendre quelle était l’intention autour de cette chanson. Elle m’a présenté l’esprit de l’ACE… Il faut donc que les paroles soient des paroles d’enfants qui ne soient pas dénaturées par les adultes ! Et que les enfants s’amusent ! 

© Brian RAYNAUD

Ensuite, il y a eu la remontée des paroles d’enfants élus au Conseil national des Enfants. Malheureusement je n’ai pas pu y être présent physiquement ! Mais nous avons pu échanger avec les enfants grâce à Internet… Cela leur a permis de mettre un visage sur la personne qui allait écrire leur chanson de la nouvelle résolution et moi, ça me permettait de savoir quel genre de chanson ils attendaient ! Je leur ai demandé de me décrire l’univers qui leur plaisait et quel type de chanson ils voudraient faire écouter aux copains… Ils aiment Soprano, Aya Nakamura, Kendji Girac. Pendant que les enfants s’inspiraient de la nouvelle résolution « Meilleur qu’hier », j’ai écouté de mon côté les chansons dont ils m’avaient parlé pour m’imprégner du rythme. J’ai aussi écrit une première trame avec un refrain et deux couplets… Pour moi c’était important que ce premier projet leur plaise.

J’avais bien compris l’importance d’être à l’écoute de ce que les enfants ont envie de dire… Voici quelques exemples de ce qu’ils ont rapporté : « On est dans une société qui déresponsabilise trop. (…) Les gens écolos sont mal vus, c’est hyper-ringard. (…) » Je trouve qu’il y a une conscience et une intelligence qui fait chaud au cœur ! Ces jeunes ont envie de faire bouger les choses. Ils s’imprègnent des problématiques de l’environnement comme de celles du quotidien. Ils veulent être bien dans leur peau : bien grandir, bien manger… et sont conscients qu’il faut savoir se déconnecter des écrans : « Mon père vient me voir au patinage et il passe tout son temps sur son portable. » ou encore « Moins d’écran pour les parents, plus de vies pour les enfants. » … ça  fait réfléchir !

En ce moment, je suis sur la réécriture de la chanson. Je reviens un peu à cette époque de ma vie où j’étais plus jeune et il y a des questions que j’aurais aimé entendre être abordées dans une chanson. J’essaye d’incarner le créateur que j’aurais aimé croiser quand j’avais l’âge des jeunes de l’ACE…

La prochaine étape, ce sera d’enregistrer la chanson avec les enfants ! Il y aura également un clip participatif. J’espère que beaucoup de clubs ACE y participeront ! »

Fais-tu partie d’un mouvement d’action catholique ?

« Je suis engagé au MRJC où j’ai passé un an en service civique. Maintenant, je fais partie du Conseil d’administration. C’est en étant voisin de bureau de la permanente de l’ACE de l’Orne que j’ai découvert ce mouvement… »

Quel est le rôle de Joy Blank dans le projet de chanson de la nouvelle résolution ?

« J’ai rencontré l’artiste Joy Blank il y a près d’un an, elle est également auteur-compositeur-interprète. Elle m’inspire et m’accompagne dans mon parcours artistique. Nous partageons nos compétences pour la composition et la mise en œuvre de la chanson. J’ai besoin d’elle pour assurer l’arrangement et l’enregistrement de « Meilleur qu’hier » dans des conditions professionnelles. Elle pourrait également me rejoindre au chant. »

Et si tu avais quelque chose à dire aux enfants, ce serait quoi ?

« Notre génération et toutes celles qui arrivent sont à l’aube d’un monde nouveau, les règles sont vouées à changer, tout comme notre rapport à l’autre. Faisons ensemble, prenons le temps de nous rencontrer, de nous éprouver, d’apprendre l’autre. C’est en avançant paisiblement vers l’avenir que nous proposerons pour le monde des réponses fortes et pertinentes, ancrées et sensibles, en raccord avec nos valeurs. Croyons en nos rêves, même si tout autour semble nous dire que c’est impossible. De l’espoir viendra l’action, de l’action arrivera le changement. »

Les commentaires sont clos.