Permettre aux enfants de débattre, une pédagogie à part entière

Depuis sa création, l’ACE a toujours fait de la parole des enfants le ciment du mouvement. Cependant, il est nécessaire pour la faire advenir et fructifier de réunir certaines conditions. Marie-Julie Subervie, chargée de la pédagogie du mouvement nous en donne les grandes lignes, qui ont été à la genèse de l’élaboration du Grand Débat.

Soyez sérieux

Grand débat des enfants

Cela ne veut pas dire que ce moment doit-être ennuyeux. Il faut impérativement que les enfants le vivent comme un moment de réflexion intense et non comme une discussion lambda sur le dernier épisode de manga regardé ou bien le dernier potin de la cour de récré.
Il faut donc être sérieux sans pour autant prendre un air grave. Au contraire, sourire permettra aux enfants de se sentir à l’aise et de vivre ce moment de partage comme un moment plaisant.
Il faut aussi que vous ayez préparé ce moment, que vous l’ayez pensé comme indiqué dans le contenu du premier point traité sur cette fiche et que vous vous y soyez vous-même préparé.
La préparation de la salle, la décoration, l’ambiance, l’accueil de chacun et la préparation du débat lui-même participent à la prise de conscience par les enfants que l’évènement est important et que leurs paroles ont du prix.
Le ton employé ne sera pas le même si vous êtes face à un petit groupe d’enfants que vous connaissez de longue date ou si l’invitation a été large. En effet, le ton sera certainement plus formel face à des enfants que vous découvrez qu’avec des enfants que vous avez vu grandir.

Recevez et n’attendez rien

C’est en pratiquant les débats avec les enfants que l’on se rend compte de la profondeur de la réflexion des enfants.
Mais n’attendez rien de ces débats, accueillez, recevez ce que les enfants ont à vous dire et accompagnez-les à aller plus loin en les questionnant sans être intrusif.

Reformulez et questionnez

Durant un débat d’enfants, attention à ne pas déclencher la fâcheuse manie du « je donne mon avis » ou « c’est comme ceci qu’il faut penser » car je suis l’adulte et donc « je sais ». Dans ce contexte, personne n’est réellement plus savant qu’un autre et tout le monde, même l’adulte, se met en situation d’apprenant.

Privilégiez les questionnements et les reformulations pour vérifier que tout le monde a bien entendu la même chose.

Exemples d’invitations pour creuser

« Moussa tu nous dis que… C’est bien ce que tu as voulu nous dire ? Oui ? Qui est d’accord avec Moussa ? »
« Tout le monde est d’accord avec Chloé ? »
« Esteban que veux-tu dire par là ? »
« Youssef, lorsque tu affirmes cela, est-ce que tu veux dire que… ? »
« Est-ce que quand tu veux dire… ? » (lorsque un enfant dit un mot familier, vulgaire ou à contresens on propose à ce moment-là un synonyme qui convient).

Si vous voyez que la discussion patine, n’hésitez pas à sortir de votre chapeau des questionnements que vous vous étiez notés lors de la préparation du débat.

N’ayez pas peur des moments de silence, ils sont parfois nécessaires et de toute façon fructueux pour la pensée.

Tout envisager

Les enfants peuvent parfois être rudes sans le vouloir dans leurs mots, leurs pensées du monde. Ce qu’ils expriment peut aussi révéler des choses entendues à la maison ou dans leur entourage. Cela peut heurter. Il faut impérativement que vous vous prépariez à entendre des faits énoncés comme des vérités qui vont à l’inverse de votre éthique, de vos valeurs morales, de vos propres certitudes. Votre objectif est de permettre aux enfants d’entendre d’autres façons de penser qui ne ressemblent pas à ce qui leur a été transmis. La construction de l’être se fait au contact d’autrui.

En revanche, en tant qu’animateur, vous vous devez de faire en sorte de faire entendre tous les discours grâce à la reformulation et aux questionnements. On ne laisse évidemment pas un enfant en insulter un autre ou tenir des propos qui dépasseraient la morale.
Tout cela sera évidemment noté dans les attitudes à adopter au début du débat.

Pour mettre en pratique ces orientations,
>> rendez-vous sur le site du Grand Débat !

Les commentaires sont clos.