« Je fais confiance aux responsables de l’ACE et à leurs méthodes »

Chadia est maman d’une petite fille qui va au club Perlin de Chalon-sur-Saône. Engagée en paroisse ainsi que dans une communauté du renouveau charismatique, elle accorde sa confiance aux animateurs de l’ACE et n’hésite pas à leur confier sa fille pour les temps de clubs comme pour les camps.

Chalon hiver — Photos © pjacquet

« Je suis la maman de Grace, une petite fille de 7 ans qui va en club ACE à Chalon-sur-Saône. J’ai eu connaissance de l’existence d’un club Perlin par la paroisse du Sacré-Cœur que nous fréquentons. C’est Gabrielle Carni qui nous a parlé de l’ACE pour la première fois.

J’ai participé à la JOC quelques années lorsque j’étais encore en Côte-d’Ivoire. J’avais fait partie des Cœurs vaillants. Ce qui m’a plu quand j’ai découvert l’ACE à Chalon, c’est le « vivre ensemble par le jeu ». Pas seulement jouer mais jouer ensemble, cela fait partie des valeurs que je veux donner à ma fille. A l’ACE, elle apprend aussi le respect et le partage. A la maison, elle est seule enfant et l’ACE répond à son besoin de rencontrer les autres ! Elle réclame d’aller au club et ça, c’est bon signe ! Elle est dans le club des « enfants heureux ». Les enfants ne vont pas que pour jouer, ils apprennent bien d’autres choses.

Pour la seconde fois, Grace a participé à un camp ACE, dans le Morvan cette année.
Cinq jours sans ses parents ! Je tire mon chapeau aux animateurs ! Pour nous parents, ce n’est pas facile de nous séparer de nos tout-petits. Les parents ont forcément une appréhension… mais je connais les animateurs et j’ai une grande confiance en eux comme dans les méthodes qu’ils appliquent. C’est pour cela que je n’ai pas hésité à confier ma fille.

Le programme du camp est riche et lui permet de vivre plus profondément ce que propose l’ACE. Cela favorise son autonomie et elle vit l’entraide du matin au soir. Aider celui qui est plus faible à un moment donné mais aussi accepter de se faire aider… Durant le camp, il y a des temps de prière. Grace est revenu avec un lumignon fabriqué à l’ACE… elle le conserve précieusement à côté de son lit.

Je suis sensible à l’unité qui se vit à l’ACE entre les enfants d’origines différentes. Il y a des messes et des rencontres à la paroisse du Sacré-Cœur où les enfants se retrouvent, et ils côtoient des enfants non catholiques dans les goûters organisés. »

Les commentaires sont clos.