L’ACE du Val-de-Marne, main dans la main avec la pastorale des enfants du diocèse de Créteil

Emmanuelle Bourlon ACE 94

L’ACE du Val-de-Marne représente six clubs à Créteil, Alfortville, Villiers-sur-Marne, Champigny et Vitry.
Les responsables peuvent compter sur l’engagement de leur présidente, Emmanuelle Bourlon, qui s’attache particulièrement à soutenir les clubs fragiles et à encourager l’assiduité des enfants.
Une place importante place est également faite aux activités menées en lien avec l’évêque et le diocèse de Créteil comme le Conseil de la pastorale des enfants, l’école de prière et le rassemblement Arc’Ensemble.

Le « Club du partage » de Champigny-sur-Marne. De gauche à droite : Eliot, David, Rohan et Tania

Des habitudes de rencontre annuelle avec Monseigneur Santier existent depuis plusieurs années et des représentants du diocèse participent régulièrement aux deux temps forts que sont la récollection des enfants et l’assemblée générale.

Selon Emmanuelle Bourlon, « cela témoigne de l’attachement de l’ACE à l’Eglise et permet aux enfants de découvrir que d’autres enfants, d’autres jeunes partagent la même foi. Ces relations permettent de faire connaître la pédagogie de l’ACE, de faire découvrir les richesses des enfants si on leur laisse la place de parler, témoigner, prier, chanter, bouger dans nos célébrations et temps forts en Eglise. »

Récollection de juin 2019 : « On fait connaissance…pour bien commencer la journée… »

Le diocèse de Créteil organise un Conseil de la pastorale des enfants et propose une école de prière

Une particularité dans le diocèse de Créteil ? Depuis un an, il existe un Conseil diocésain de la pastorale des enfants, instauré suite au synode diocésain sur le thème de l’évangélisation : « Avec Lui, prendre soin les uns des autres et partager à tous la joie de l’Évangile ».

Ce conseil est d’abord un lieu du partage du vécu des enfants et des relations aux familles. Tous les mouvements d’enfants et de jeunesse présents sur le diocèse, y compris l’ACE, sont invités à y être représentés par un jeune responsable ou le président du mouvement pour réfléchir à différents thèmes comme celui des patronages.

Autre proposition diocésaine pour les enfants, une école de prière pour les 6 à 12 ans qui a été mise en place par le diocèse, soutenue par l’ACE et son accompagnatrice diocésaine. Cette école de prière reprend les bases de la pédagogie de l’ACE pour que les enfants vivent à la fois des temps de foi et aussi du partage, du jeu, de la découverte de l’autre. Cela permet d’apprendre à se responsabiliser. Des enfants de l’ACE participent individuellement aux cinq jours habituellement organisés durant la première semaine des vacances de juillet.

Un spectacle préparé par les enfants de l’ACE dans le cadre d’Arc-ensemble

En 2019, un grand projet diocésain dans le cadre de la pastorale des quartiers populaires a été lancé afin de faire participer les enfants et « d’élargir l’espace de notre tente ». L’ACE s’est engagé pour monter un spectacle avec les enfants en vue de la fête du 1er juin, qui s’appelait Arc’ensemble, fête des quartiers populaires mais qui a malheureusement été annulée. Depuis le mois de novembre, deux temps pour permettre aux enfants de se connaitre, se constituer en groupe ont été organisés. Les méthodes de l’ACE ont permis aux enfants de choisir une thématique (« L’écologie : sauvons la planète ».) pour se retrouver et construire une scénette pour le spectacle. De nombreux enfants et pas seulement de l’ACE se sont engagés : « Il s’agissait de permettre aux enfants de vivre quelque chose au-delà de leur cercle habituel. Des enfants et bénévoles de l’association de l’aide aux devoirs ont également souhaité participer. » Un artiste habitué de la création de spectacles pour enfants a fait une proposition de déroulement suite à ce que les enfants avaient préparé. Il les a aidés à faire des exercices pour se libérer et libérer leur expression corporelle. L’idée, malgré le confinement, est de relancer le projet pour que le travail des enfants ne tombe pas à l’eau. « Parfois les adultes sont sceptiques sur la capacité des enfants de créer une prière mais ils peuvent nous surprendre par la qualité de leur expression ! » témoigne Emmanuelle Bourlon.

La formation, une nécessité pour porter un projet de club ACE

Après une coupure de plusieurs années, c’est en 2008 qu’Emmanuelle avait souhaité se réengager pour l’ACE en redémarrant un club sur la paroisse de Champigny-sur-Marne : « Certains enfants qui s’ennuyaient à la messe et d’autres n’y allaient plus du tout. Je me suis adressée au curé de Champigny pour que la création d’un club ACE devienne un projet paroissial. J’ai alors participé à des modules de formation organisés au niveau du diocèse, animés à l’époque par Patrick Raymond et le père Jean-Pierre Roche, et l’accompagnatrice diocésaine Patricia Sacré. C’était important de se lancer dans un tel projet en étant formée ! »  

◀︎ La dernière Assemblée générale : les enfants et jeunes devant l’affiche des voeux qu’ils ont exprimés pour eux, pour leurs copains, pour la France et pour le monde et que l’on a transformée en carte de voeux à offrir à leur entourage, à leur curé, au maire de leur ville…

Emmanuelle a pu rassembler des enfants et leurs copains pour démarrer le club à Champigny. D’autres clubs ont en même temps vu le jour à Villiers et au Plessis. Rapidement, le conseil départemental a appelé Emmanuelle à le rejoindre et, suite au départ de Patrick Raymond devenu alors président national de l’ACE, elle est devenue présidente de l’ACE 94, motivée par entreprendre le redéveloppement de l’ACE au niveau diocésain :

« Je voulais pouvoir redonner de ce que j’avais reçu de cette richesse de l’accompagnement au niveau local par l’équipe diocésaine quand elle était étoffée. C’est une chance pour les responsables qui démarre d’être accompagnés. »

Fête de lancement de septembre 2019 pour les clubs de Villiers et Champigny : les enfants devant leur construction en récup’

« Aider les enfants à développer leurs compétences »

Emmanuelle Bourlon est aujourd’hui présidente de l’association départementale. Sa responsabilité de l’un des deux clubs de Champigny composés d’enfants de 6 à 11 ans lui permet de continuer d’être sur le terrain. Enfant, elle a fait partie quelques temps d’un club, puis a continué à participer à l’ACE durant les temps forts et rassemblements. Pour elle, le rôle essentiel de l’ACE est de mettre l’enfant au cœur du projet. « Il ne s’agit pas pour les responsables de leur transmettre un savoir mais de les aider à développer leurs compétences pour apprendre à vivre ensemble dans la société et dans l’Eglise. » raconte Emmanuelle qui se souvient de la décoration de la salle paroissiale qu’on avait confiée à son club quand elle était enfant, ainsi que la réalisation d’une pièce de théâtre : « Nous avions une grande liberté, notamment celle de pouvoir continuer ou de pouvoir s’arrêter de suivre le club. Nous devions faire nos propres choix. »

Cette assistante de direction au service Campagne et mobilisation du CCFD-Terre solidaire s’appuie sur son expérience professionnelle pour apporter des choses à l’ACE : « En ACE, je facilite la découverte de la solidarité internationale aux enfants comme aux responsables. L’expérience CCFD-Terre solidaire m’a aussi aidée à montrer le rôle important de la collégialité au niveau de ma paroisse, et auprès des responsables ACE. »

Les commentaires sont clos.