La récollection, un temps pour souffler. Rencontre avec Marie-Pia Nicolle de l’ACE74.


La vie de l’ACE est ponctuée par les récollections. En Haute-Savoie, les clubs d’Annemasse, des Ollières et de Saint-Pierre-en-Faucigny se sont rassemblés le 23 mars dernier pour la deuxième année consécutive à Annemasse pour partager ce « temps pour souffler ». Les enfants – et les adultes qui les accompagnent ! – ont pu vivre, en toute liberté, une expérience d’intériorité à partir de l’Évangile de la pêche miraculeuse. Marie-Pia Nicolle, responsable de club à Annemasse, nous parle ici des fruits de cette journée et de son engagement pour les enfants de l’ACE.

Une récollection, c’est une retraite courte d’une durée d’un ou deux jours. Faire une récollection c’est prendre du temps, s’arrêter et se mettre à l’écoute de Dieu. En latin, « recolligere », c’est « revenir à soi ». A Annemasse, une vingtaine d’enfants s’étaient retrouvés pour leur récollection annuelle.

Recollection
enfants et adultes écoutent Roger, prêtre en Mission Ouvrière depuis plus de 20 ans.

Le thème choisi était la confiance. L’Évangile sur lequel ils se sont appuyés était celui de la Pêche Miraculeuse de l’Évangile de Luc. « La pêche est miraculeuse quand Pierre accepte de faire confiance à Jésus. On a voulu insister sur cette confiance qu’il faut faire à soi, aux autres et à Dieu. Beaucoup d’enfants participent à la récollection, qu’ils soient catéchisés ou d’une autre confession religieuse ou pas » raconte Marie-Pia, responsable de club à Annemasse depuis plus de 20 ans.

 « Je me rappelle qu’à l’ACE on avait utilisé à une époque l’image d’un panier de fruits. Cela montrait bien que dans les récollections, on récolte les fruits de la vie de chacun. On voit sur le visage des enfants qu’un temps comme celui-ci leur plaît et qu’ils sont à l’aise. Une récollection est un moment privilégié pour pouvoir se confier, parler et être écoutés. On voit grandir les enfants d’une année sur l’autre », témoigne Marie-Pia, heureuse de voir ces enfants grandir. Au début de la récollection, Marie-Christine, une autre responsable de club, a proposé la diffusion d’une vidéo d’animation qui racontait l’Évangile choisi. Une personne qui lit et une autre qui dessine, voilà qui semble fasciner les enfants.

La vidéo a été diffusée deux fois puis les enfants ont fait une relecture de l’histoire avec leurs propres mots et à la lumière de l’Évangile. « Beaucoup d’enfants ne sont pas catéchisés et cela leur permet de prendre un temps pour leur vie intérieure. Ils découvrent également un aspect très concret, très incarné, de la foi chrétienne » se réjouit Marie-Pia Nicolle.

Les enfants et les adultes ont été invités à mettre un poisson dans le filet. Il leur avait été demandé d’écrire le nom des personnes qui leur avaient fait confiance et en qui ils avaient confiance.

Lors des récollections, les témoignages d’adultes rejoignent ceux des enfants

Les expressions d’enfants étaient très riches : « Ma maman me fait confiance elle me confie des secrets » commente Marie-Pia. « Les enfants ont été également touchés parce que les adultes ont aussi mis leurs poissons. Avant qu’on ne mette les poissons, deux jeunes adultes responsables de club ont pris la parole. Amélie a parlé de sa foi, de la confiance, et que cela la faisait grandir. Puis Gaël a voulu témoigner de la richesse de ce qu’il avait vécu la veille lors d’une rencontre JOC… Pour les enfants, c’est important d’entendre les adultes parler et témoigner. » Un principe important que nous rappelle le Pape Paul VI : « Les hommes d’aujourd’hui ont plus besoin de témoins que de maîtres. Et lorsqu’ils suivent des maîtres, c’est parce que leurs maîtres sont devenus des témoins. »

Pour Marie-Pia, la recollection est aussi l’occasion de toucher des personnes qui ne connaissent pas le Christ. « Par exemple, Youssouf, un papa rencontré à la sortie Luge en mars et qui était le seul parent à ne pas connaître l’ACE, est venu à la récollection. A la fin, mais il est quand même venu ! Il a mis quelques photos de la sortie luge sur Facebook en mentionnant « mes amis catholiques ». Cela permet une ouverture à ceux qui ne connaissent pas Jésus. »

Les enfants étaient invités à inscrire le nom des personnes en qui ils avaient confiance et/ou qui leur font confiance sur un poisson, déposé ensuite dans un filet.


Marie-Pia, pourquoi être responsable de club à l’ACE ?

« C’est un vrai cadeau que d’accompagner des enfants en ACE, même si parfois j’ai peur de ne pas bien faire ! Ce qui m’importe, c’est que chacun trouve sa place. C’est une chance pour leur avenir, que les enfants puissent prendre confiance en eux. J’ai été longtemps seule à faire club, mais maintenant en équipe on « est vraiment plus fort ensemble ! ». Au boulot, en famille ou auprès d’amis, je témoigne de ce que permet l’ACE. 
Si je participais déjà à l’ACE lorsque j’avais 16 ans et que j’étais à Lyon, je l’ai redécouvert en arrivant à Annemasse et ai rapidement pris une responsabilité de club. Auparavant je faisais de l’aumônerie à Bonneville en Haute-Savoie mais cela me manquait de rejoindre des enfants qui ne vont pas au caté, et de pratiquer la pédagogie de l’ACE. Un prêtre en paroisse m’avait dit lorsque je suis arrivée sur Annemasse qu’il me verrait bien là-dedans !…. J’ai participé à des rencontres et ensuite ils m’ont appelé au comité départemental. »

Les commentaires sont clos.