Manuel Achard : prêtre diocésain et responsable de club ACE

Prêtre et responsable de club ACE ? C’est possible et c’est ce que vit Manuel Achard depuis quelques années. Ce jeune prêtre de 32 ans installé dans le diocèse de Verdun anime un club avec cinq enfants dont deux autistes.


Manuel Achard - Prêtre diocésain - ACE

Sa première rencontre avec l’ACE, Manuel l’a faite à l’âge de 11 ans. A l’époque, c’est sous l’impulsion de Mireille Laflotte, une amie de sa famille, qu’il rejoint un club. « Mireille qui nous rendait souvent visite a proposé un jour de nous embarquer dans la création d’un club ACE à Ligny-en Barrois, mes copains et moi. Nous invitions d’autres copains, allions à des fêtes du jeu à l’autre bout du département, participions à des temps forts… » raconte Manuel.

Sa participation au club l’a, un jour, conduit à consulter de vieux registres municipaux des mariages et baptêmes d’avant 1905. « On m’a alors demandé si j’étais baptisé et j’ai répondu qu’il fallait que je demande à ma mère ! La réponse fut négative. Ma mère ne m’avait jamais fait baptiser ni envoyer au caté. J’ai alors été baptisé à 16 ans entre l’ACE et la JOC ? J’ai un bon souvenir de la JOC même si c’en était fini des bricolages origami ! Autant l’ACE que la JOC m’ont permis de grandir humainement un peu spirituellement. »

L’accueil de la communauté paroissiale locale a favorisé sa vocation

D’autres contacts avec l’Église se sont faits grâce à sa grand-mère qu’il accompagnait à la messe lorsqu’elle fut veuve. « Elle se mettait toujours dans le coin et ça m’a valu d’avoir le pilier devant moi. L’église me paraissait un peu vide mais, malgré tout, ma curiosité était piquée. Je rentrais dans quelque chose où il y avait un passé et encore de la vie ! » raconte Manuel qui peu de temps après se posera la question de la vocation. « Je voyais le jeune diacre puis prêtre de l’époque et fini par lui dire j’aime bien ce que tu fais et je vais faire comme toi ! » Manuel n’avait pas identifié cela comme un appel de Dieu mais, en voyant des prêtres qui étaient heureux, cela lui a donné envie d’être prêtre également. « L’accueil de la communauté paroissiale certes pauvre mais bienveillante aura également joué un rôle dans ma vocation » confie manuel.

Une formation en plusieurs étapes pour devenir prêtre

Sa formation de prêtre, Manuel l’a commencée au séminaire de Metz. Il passe ensuite une année à l’Institut Philanthropos (lien) à Fribourg en Suisse, « une année gratuite sans avoir de discernement particulier à mener ! C’était une autre approche des études qui m’a permis de mieux voir le lien entre la vie spirituelle et la vie intellectuelle et de prendre la personne humaine dans toutes ses dimensions. » raconte-t-il, heureux de ce passage par la Suisse avant de rejoindre l’Institut d’Etudes Théologiques de Bruxelles pour terminer son séminaire. « J’ai passé là-bas mes trois meilleures années de séminaire. L’objectif de nos responsables de nous former à avoir des cœurs de pasteur. »

Prêtre et responsable de club ACE à Saint-Mihiel (55)

Les enfants du club animé par Manuel préparent des biscuits.

Manuel Achard est aujourd’hui un des 25 prêtres du diocèse de Verdun, en paroisse à Saint-Mihiel, « une ville qui a beaucoup d’histoire. Il y a les tranchées bien sûr mais aussi l’abbatiale Saint-Michel qui est grande comme une cathédrale ! » Son ordination comme prêtre ne lui a pas fait rompre ses liens avec l’ACE. Il raconte : « quand je suis arrivé en paroisse, Christine Muller, membre du comité départemental, m’a encouragé à monter un club ACE. Je me demandais comment m’y prendre quand une dame m’a proposé de faire du lien avec la maison pour les enfants à caractère social (MECS). Ces organismes accueillent des enfants cassés par la vie. » C’est par ce biais que sont arrivés les cinq copains de son club, dont deux enfants autistes. « Les autres enfants les prennent comme ils sont et ne se rendent même pas compte de leurs particularités. Le bricolage est un très bon moyen pour qu’ils fassent des choses par eux-mêmes. C’est un bon moyen de montrer à leurs parents ce dont ils sont capables ! Je leur montre comment faire mais pas question de faire à leur place ! » témoigne-t-il.

Derrière le responsable du club, il y a bien un prêtre !

Pour Manuel, les deux fonctions vont bien l’une avec l’autre. Selon lui,

« à l’ACE, si les enfants viennent, c’est parce qu’ils m’accueillent et que les parents ont bien voulu me laisser une place. Mon objectif est de voir le meilleur dans ces enfants-là. Beaucoup de jeunes prêtres disent « je suis prêtre mais pas animateur socioculturel », je me demande s’ils ont raison ! Car lorsque je regarde histoire de quelques prêtres éducateurs comme Don Bosco ou le Père Gaston courtois , je pense que l’on peut concevoir sa mission ainsi. Dans les campagnes, c’est indispensable de ne pas percevoir le prêtre seulement comme homme du culte. Pour moi, être prêtre, c’est agir vis-à-vis des personnes en étant proche d’elles. »

Revues Ricochet et Vitamine – décembre 2019

Son BAFA, Manuel l’avait passé lorsqu’il est devenu diacre. « C’était une obligation au moment du diaconat mais cela m’a rendu la création d’un club plus facile. En plus, le BAFA donne beaucoup d’idées quant à l’animation d’un club. » Si Manuel est abonné au Journal de l’animation, il pioche des idées dans les outils du Patro en Belgique comme dans Ricochet, Vitamine et site de l’ACE : « Le kit de la chanson Meilleur qu’hier nourrit bien la nouvelle résolution. J’ai également proposé aux enfants de mon club de s’abonner à la revue. C’est important que les enfants d’un club fassent partie également d’un mouvement. Les revues de l’ACE permettent cela. » Dans son club, Manuel propose de nombreux bricolages avec des choses simples ou de récupération. « Les outils d’animation me permettent de transmettre la foi aux personnes que je rencontre. Avoir un club ACE, c’est un vrai canal ! C’est aussi un lieu de respiration pour moi. Et parfois je me dis que j’ai été ordonné pour faire des étoiles en papier ! »

Nul doute que le BAFD que Manuel est en train de passer saura faire de lui un animateur encore « meilleur qu’hier » !

Les commentaires sont clos.