17 octobre : les enfants mettent le cap sur la dignité !

Le 17 octobre, l’ACE se mobilise cette année encore pour la Journée mondiale du refus de la misère. Pour cette 36e journée initiée par le mouvement ATD Quart monde, enfants et adultes sont invités à s’engager pour la justice, la paix et la planète.

A l’origine de la Journée mondiale du refus de la misère, l’association ATD Quart-Monde fondée par le Père Joseph Wresinski (1917-1988)
Né d’un père polonais et d’une mère espagnole, le 12 février 1917, l’enfant Joseph Wresinski grandit dans un foyer très pauvre à Angers, France. Devenu prêtre, il rejoindra en 1956 un camp de nombreuses familles sans-logis en région parisienne.
« Ce n’est pas tellement de nourriture, de vêtements qu’avaient besoin tous ces gens, mais de dignité, de ne plus dépendre du bon vouloir des autres. »
témoigne le Père Wresinski. Une chapelle, un atelier pour les jeunes et les adultes, une laverie, un salon d’esthétique pour les femmes vont être réalisés peu à peu.

C’est à cette époque que le père Joseph créé l’association « Aide à Toute Détresse » (ATD). Selon lui « La misère est l’oeuvre des hommes, seuls les hommes peuvent la détruire. » C’est cela que rappelle le Pape François qui soutient la Journée mondiale du refus de la misère : « La misère n’est pas une fatalité : elle a des causes qui doivent être reconnues et supprimées, pour honorer la dignité de beaucoup de nos frères et sœurs, à l’exemple des saints. »
Quelques mois plus tard, le 17 octobre 1987, à Paris, répondant à l’appel du père Joseph Wresinski, plus de 100 000 personnes expriment la nécessité de s’unir faire reculer la misère. « Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré ».
Ce rassemblement a institué le 17 octobre Journée mondiale du refus de la misère. Cette journée a été reconnue officiellement par les Nations Unies le 22 décembre 1992.

Rendez-vous sur l’esplanade du Trocadéro à Paris le 17 octobre 2022

Aujourd’hui encore, les exemples ne manquent pas dans l’actualité pour témoigner de la violence faite aux personnes les plus pauvres et à leurs enfants. Mais, le collectif Refuser la misère qui coordonne la journée n’a de cesse de le réaffirmer : les personnes qui vivent dans la pauvreté ne sont pas seulement des victimes, elles sont aussi des actrices de changement. Le 17 octobre prochain sera l’occasion de faire entendre la voix des personnes les plus exclues et donner à voir les actions qu’elles mènent quotidiennement pour que leur dignité soit reconnue et respectée. Patrick Raymond, président de la Fédération nationale, sera présent et portera la voix des enfants avec tous ceux qui seront présents pour ce bel évènement.

Le thème de cette année : « La dignité en action : nos engagements pour la justice, la paix et la planète » nous rappelle que seul un monde libéré de la pauvreté permettra la construction de sociétés pacifiques, démocratiques, inclusives et respectueuses de l’environnement. Il nous rappelle également que le combat contre la pauvreté nous concerne toutes et tous. Il nous rappelle enfin la résolution des enfants de l’ACE, Explorons les beautés du monde, qui nous renvoie sans cesse à ce souci de la terre et des hommes et de l’harmonie entre eux à construire.


► Des mobilisations s’organisent partout en France le 17 octobre.

En savoir plus, grâce à la carte des mobilisations : bit.ly/Carte_JMRM22
Pour suivre les prises de parole en direct : bit.ly/JMRM2022_EnDirect

Les commentaires sont clos.