20 novembre : plus que jamais droits devant à l’ACE !

La période que nous traversons est particulièrement dense, en matière de prise de conscience. Si les droits des enfants restent bafoués dans bien des lieux de vie, de loisirs ou d’éducation, notre société semble malgré tout enfin prendre en considération la clameur des petits dont la vie est semée d’obstacles. Les initiatives en matière de protection de l’enfance fleurissent dans de nombreux registres différents. Il faut s’en réjouir, en particulier en cette 32e journée anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), adoptée le 20 novembre 1989 par l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Ces dernières semaines, les événements se sont multipliés pour nous rappeler l’importance de prendre soin des plus jeunes et de faire respecter leurs droits élémentaires :

  • diffusion du film « L’enfant de personne » relatant l’histoire vraie de Lyes Louffok, enfant placé toute son enfance, suivie d’un débat particulièrement riche (à revoir ici) ;
  • colloque de la CIIVISE (Commission indépendante sur l’inceste et les violences faites aux enfants) intitulé « Violences sexuelles faites aux enfants : pour une culture de la protection », pour présenter les premiers enseignements tirés de la parole des victimes et de l’audition des experts auxquels elle procède depuis deux mois ;
  • publication du rapport du Défenseur des droits qui s’intéresse à un sujet presque aussi tabou : « Santé mentale des enfants : le droit au bien-être »…
  • interpellation des candidats à la présidentielle par les 24 organisations et collectifs membres de la Dynamique « De la Convention aux Actes ! » pour enfin faire de l’enfance une priorité ; en commençant par doter la France d’un ministère dédié à l’Enfance et à la Jeunesse, et mettre le sujet au cœur de la campagne à venir ;
  • réception du rapport de la CIASE par lequel l’Eglise fait un grand pas en avant en reconnaissant sa responsabilité institutionnelle devant les violences sexuelles infligées aux enfants par des clercs et des laïcs ces 70 dernières années.

Autant de signes forts que la société peut, veut et doit désormais avancer sur ces sujets, et que les droits de l’enfant doivent encore et toujours être portés haut, avec exigence et discernement. L’ACE, à son niveau, est résolue à prendre sa part dans ce combat en affirmant que l’écoute et la prise en compte de la parole des enfants est au cœur de ce processus de construction d’une société qui sera à leur image.

Pour commencer, le 23 novembre prochain, une petite délégation d’enfants de la Moselle sera présente à l’invitation de Claire Hédon, Défenseure des droits, et de son adjoint, Éric DELEMAR, Défenseur des enfants avec des personnalités publiques et des enfants qui témoigneront de leur vision de la santé mentale et de ce dont ils ont besoin pour se sentir bien.

Nous espérons que les clubs seront nombreux ce 20 novembre à s’associer à cette dynamique !

Les commentaires sont clos.