Une équipe soudée pour animer le club du Merlan à Marseille

A Marseille, le club du Merlan existe depuis deux ans. C’est à l’initiative de Sœur Geneviève Rochas que ce club a vu le jour en 2018. Sa particularité ? L’accueil d’enfants dont certains porteurs de handicap. Une équipe de responsables, aux âges et aux compétences complémentaires, s’est constituée autour d’eux, pour faire vivre le club et construire des projets, même lors du confinement.

Sœur Geneviève Rochas, anciennement infirmière et aumônier dans un centre de rééducation fonctionnelle à Hyères, a vécu l’aventure de l’ACE depuis très longtemps, notamment à Tarbes (65) et à Cuers (83).  Arrivée à Marseille, en tant qu’animatrice en catéchèse, elle propose, en 2018, en lien avec le Père Jean-François LOF de l’ensemble paroissial du Merlan – Saint Mitre, de fonder un Club ACE dans les locaux de la Paroisse du Merlan (13014), où les enfants pourraient s’exprimer, partager des moments collectifs dans le respect de chacun.

Des nombreux bénévoles rejoignent ce projet dont Marie Jacques, la maman de Chloé, une enfant porteur de handicap.  Jean-Louis Bosset, Nathalie Teuma accompagnée de Mélanie Teuma font aussi partie de cette équipe bienveillante et attentive qui accompagne les enfants. C’est ainsi que chaque mercredi après-midi, des activités manuelles, des jeux de société, des projets, et des partages y sont proposés de 14h30 à 17 heures.

L’affiche diffusée en début d’année pour inviter de nouveaux enfants

Sœur Geneviève raconte :

« Durant 25 ou 30 ans, j’ai été en ACE. Travaillant dans un centre de rééducation fonctionnelle, on m’a confié des enfants en difficulté, porteurs de handicap pour enseigner le catéchisme. Puis, arrivée à Marseille, je me suis dit qu’il serait bien de renouveler l’expérience de l’ACE, pour permettre aux petits marseillais dont j’avais la responsabilité dans un groupe de catéchisme et dont certains étaient porteurs de handicap, de s’épanouir en partageant avec d’autres enfants des projets communs. Ce sont eux qui m’ont « boosté » pour recommencer l’ACE ! ». 

Depuis sa création, plusieurs actions ponctuent l’année. « En octobre dernier, nous avons réalisé un ramassage de déchets dans les rues, dans le cadre de la campagne des magasins Leclerc « Respectons la nature ». Leclerc met à disposition une grande banderole « Respectons la nature » et des gants pour faire un ramassage de déchets. C’était l’occasion d’expliquer aux enfants le tri sélectif et aussi de parler de l’ACE. Pour Noël, nous avons vendu quelques décorations avec la participation des enfants pour payer les goûters qui nous tiennent à cœur, car certains n’ont pas suffisamment à manger chez eux ». Raconte Nathalie Teuma. Le club suit également les propositions nationales de l’ACE. « Notre grand projet de l’année 2019-2020 était de participer au clip vidéo Meilleur qu’hier. Ouf ! Nous avons été inspirés de le faire en février, avant le confinement. Le jour du tournage, les enfants ont été très investis. C’était une fierté de pouvoir faire participer tous les enfants car ils sont tous très différents ! »

Un journal pour garder le lien durant le confinement

Tous les journaux sont accessibles ici : https://fr.calameo.com/accounts/6263643 

Avec le confinement, les rencontres de club se sont subitement interrompues. Sœur Geneviève a eu l’idée de faire un journal pour garder le lien. Elle a proposé une trame contenant les nouvelles des enfants et a souhaité que cela se termine par une prière. Nathalie Teuma et Mélanie ont mis en œuvre cette idée. Mélanie s’occupe de la mise en page et de l’organisation du journal : « L’idée était que l’on ait un thème différent lors de chaque parution, comme durant les rencontres du club et qu’il y ait une interaction avec les enfants. Nous nous sommes inspirées du site de l’ACE national pour voir ce qu’on pouvait leur proposer dans le journal. » Raconte Mélanie, jeune responsable communication du club du Merlan. Une bonne moitié d’enfants du club ont donné de leurs nouvelles pendant le confinement soit directement, soit via leurs parents. 

De plus, le projet « Carnaval intergénérationnel » en Maison de retraite qui devait avoir lieu en Avril, a été subitement interrompu. Cependant les dessins que les enfants avaient créés, ont malgré tout, été remis aux personnes âgées. (voir le premier ou le deuxième journal)

Envisager la suite du déconfinement…

« Pour le prochain journal, nous avons demandé aux enfants comment ils voyaient les choses maintenant. » Le journal va être prolongé jusqu’à la fin de l’année scolaire et les responsables espèrent pouvoir clôturer l’année par un repas. 

Sœur Geneviève regrette cependant de ne pouvoir réitérer la fête du jeu, organisée au centre de rééducation à Hyères, comme l’an dernier : « Nous ne pouvons pas prendre le risque de leur rendre visite mais nous avons l’intention de renouveler les événements et actions que nous avions organisées il y a quelques mois comme le loto en maison de retraite dès que ce sera possible. Les rencontres intergénérationnelles, c’est toujours très bien pour les enfants.  Ainsi que les rencontres avec les enfants porteurs de handicap ça nous ouvre les yeux !»

Les commentaires sont clos.