Christel Rio, chargée de formation à l’ACE


Christel Rio : Former les responsables pour mieux accompagner les enfants

Cristal Rio chargée de communication à l'ACE

Christel Rio est chargée de formation à l’ACE nationale depuis 4 ans. C’est son engagement dans diverses associations dont la Fondation Parada ainsi que son expérience d’un OPCA qui l’ont conduite à s’occuper de la formation à l’ACE. Christel nous raconte son parcours et ce qui l’a motivée à s’occuper de la formation des responsables de l’ACE.

Il y a une quinzaine d’années, Christel Rio, qui travaillait alors au sein d’une association spécialisée dans l’économie sociale et solidaire découvre grâce à un reportage télévisuel l’existence de la Fondation Parada en Roumanie. Fondé par un clown français, sa particularité était d’utiliser les arts du cirque comme levier pédagogique auprès des enfants des rues de Bucarest. Touchée par la situation de ces enfants et le projet socio-éducatif de Parada, Christel qui avait fait un stage en Roumanie lors de ces études en communication, a rejoint bénévolement l’association relais de Parada à Paris. Elle organisera durant 2 ans les tournées « Un nez rouge contre l’indifférence » sur tout le territoire français. Elle y travaillera ensuite un an et demi comme salariée, en contrat aidé, car un projet au concept similaire à celui de Bucarest a été développé pour les mineurs roumains isolés à Paris. « A l’époque, les parcmètres à pièces devenaient de plus en plus rares… et si certains enfants ou adolescents [sur]vivaient de la mendicité ou de vols, d’autres ont basculé dans la prostitution. Parada France alors a ouvert à Paris un centre d’accueil de jour pour aider ces jeunes à s’en sortir et embauché des animateurs et des éducateurs qui travaillaient en lien avec les institutions de défense des mineurs » raconte Christel.

Christel rejoindra quelques temps après un OPCA, organisme chargé de collecter l’argent des entreprises pour financer la formation obligatoire des salariés, dans lequel elle est restée 9 ans. Elle apprécia le contact direct avec les artisans, les demandeurs d’emploi… qu’elle accompagnait dans leurs démarches. En parallèle de son travail, elle a repris des études pour se former dans le domaine de la formation professionnelle des adultes ce qui lui permis de devenir conseillère en formation puis d’animer le réseau des conseillers formation de cet OPCA. Le bénévolat lui manquant et bénéficiant de RTT, elle rechercha une mission de formatrice en FLE (Français langue étrangère) et est finalement « tombée par hasard » sur une annonce du Secours catholique du 94 qui cherchait à monter une équipe pour s’occuper de la formation des bénévoles. « J’ai candidaté et me suis retrouvée pendant 4 ans dans une équipe super sympa composée de professionnels de la formation aux profils très variés… J’ai alors pu mieux appréhender la formation des adultes en milieu associatif. Cette nouvelle expérience m’a montré que, même lorsqu’on est bénévole, il y a un besoin de se former pour mieux assurer la mission qui nous est confiée.  »

En 2015, Christel Rio découvre l’ACE qu’elle rejoint comme chargée de formation. « L’ACE est une association qui a 80 ans ! Son projet associatif suit les évolutions sociétales, politiques, religieuses, environnementales… Les enfants d’hier ne sont pas les enfants d’aujourd’hui et il est essentiel de répondre à leurs besoins de façon adaptée tout en restant fidèle au projet du mouvement. Se former régulièrement permet d’actualiser ses connaissances (psychologie de l’enfant, règlementation des accueils collectifs de mineurs…),  de développer ses pratiques (animation, écoute, relecture) et d’ajuster sa posture (bienveillance, valorisation de la place de l’enfant…)». C’est ainsi qu’à l’ACE, Christel organise des formations pour aider les bénévoles à proposer la pédagogie de l’ACE aux enfants et pour accompagner les associations départementales ACE dans le déploiement du projet associatif sur leur territoire. Depuis deux ans, elle est également en charge du bénévolat.

« Travailler à l’ACE a changé mon regard sur l’enfant, et m’a rendu plus attentive à ses paroles. Je pense aussi que la formation à la bienveillance en février 2019 m’a appris beaucoup de choses sur mon propre rôle de mère. » témoigne Christel. « Quand on parle de développer l’esprit critique des jeunes, je crois qu’il s’agit surtout d’encourager les enfants à réfléchir par eux-mêmes. A la période de l’adolescence par exemple, cela peut leur permettre de rester « droit dans leurs baskets », leur éviter de se laisser influencer pour faire des bêtises ou devenir un bouc émissaire… » car ils auront développé leur libre arbitre.

Les commentaires sont clos.