L’ACE du Pas-de-Calais est conduite par de jeunes adultes

Oceane Richard - ACE Nord-pas-de-calais

L’ACE du Pas-de-Calais concerne 18 clubs répartis essentiellement sur les villes de Berck, Calais, Saint Omer, Sallaumines, Lens, Noeux-les-Mines et dans l’Artois (autour d’Arras). Pour gérer l’association, Océane Richard et son équipe se donnent inlassablement pour faire vivre un mouvement qui leur a beaucoup apporté lorsqu’ils étaient plus jeunes.

La plupart des membres du Conseil d’admistration de l’ACE 62 sont des responsables de club comme Océane Richard. Cette professeur des écoles de 24 ans, aujourd’hui en poste à Fourmies, est présidente depuis trois ans. « Avec ma sœur jumelle Émilie, nous avons commencé l’ACE quand nous avions 13 ans en devenant animatrices, sans en avoir fait étant enfant. C’est parce que l’on sait ce que l’ACE nous a apporté que l’on veut contribuer à apporter cela à d’autres jeunes qui n’ont pas toujours des vies faciles. C’est Soeur Françoise, une religieuse de Brebières qui nous a interpellé pour fonder des clubs car il y avait de la demande. » raconte Océane qui continue de donner beaucoup à l’ACE.

Mais ce qu’Océane a donné à l’ACE, l’ACE le lui a bien rendu : « J’étais une très grande timide ! J’ai pris la fonction d’animatrice de club comme un challenge pour dépasser ma timidité. M’occuper d’enfants était un bon moyen de progresser. Cela m’a appris plein de choses sur l’encadrement et sur la prise de parole devant des enfants comme devant des adultes. Si je n’avais jamais côtoyé les enfants de l’ACE, je n’aurais sans doute pas découvert ma vocation d’enseignante ! Lorsque l’on devient responsable, on comprend que les adultes ont confiance en nous et ça, ça nous fait beaucoup grandir ! »

Oceane Richard - ACE Nord-pas-de-calais

Océane aura été ainsi une dizaine d’années responsable de club avant de devenir présidente de l’ACE du 62. Au début, elle a appris ce nouveau rôle aux côtés d’Amélie puis avec Manuel. « Être présidente, cela apporte une autre vision du mouvement qui me plait bien. » témoigne Océane dont l’ACE est le principal engagement, un engagement qui prend une place importante dans son temps libre. Les réunions ont lieu à Arras ou à Saint-Omer, parfois tous les samedis. Ce qui motive tous ces jeunes ? C’est d’être au service des enfants « qu’il ne faut pas abandonner ».

Le Conseil d’administration est constitué à 80% d’animateurs de club âgés d’environ 18 ou 20 ans. Océane y voit des avantages comme des inconvénients : « Que ce soit des jeunes qui gèrent l’association, cela permet de les voir murir… L‘inconvénient, c’est que lorsque des questions qui demandent de l’expérience se posent, je dois les résoudre en me sentant assez seule. » Mais l’équipe peut compter depuis quelques temps sur Rémy un ancien président et permanent de l’ACE dans les années 2000 qui apporte son expérience et du recul sur les projets de l’association.

Une ACE ancrée dans son diocèse

Dans le Pas-de-Calais, l’ACE est pilotée par une équipe de jeunes gens accompagnés par une équipe diocésaine qui fait une relecture régulière avec eux. Dans ce diocèse, l’ACE a la chance d’avoir deux salariées à mi-temps pour organiser des temps de formation pour les responsables. Elles ont le souci de préparer les conseils d’administration avec le bureau, de gérer les dossiers de demande de subvention, etc. Il y a également une secrétaire comptable inter-mouvement et des salariés sont mis à disposition pour faire vivre l’ACE dans les doyennés.

L’ACE travaille en lien avec le Secours catholique. « Tous les étés, on fait un camp départemental. Depuis 5 ou 6 ans, nous emmenons des jeunes qui arrivent par le biais de cette association. Cela permet une mixité sociale. A Calais, les jeunes qui arrivent par le Secours catholique participent aux temps fort et en club. » Nous travaillons avec d’autres mouvements comme le CMR et certains responsables ACE viennent de la JOC ou du MRJC. Nous travaillons également en inter-mouvement grâce aux Kilomètres Solidaires (anciennement Kilomètre Soleil), au Bureau Diocésain de Mission Ouvrière et avec l’Équipe Diocésaine d’Animation Rurale.

L’évêque d’Arras et son conseil ont accueilli en février dernier l’équipe de l’ACE. « L’évêque a apprécié notre motivation. Nous avons fait remonter les difficultés que l’on rencontre dans les mouvements mais aussi les belles choses. » raconte Océane, heureuse de cette rencontre.

Les commentaires sont clos.