30 ans après, toujours droits devant !

« Au sein de la famille, communauté de personnes, une attention très spéciale sera réservée à l’enfant, de façon à développer une profonde estime pour sa dignité personnelle comme aussi un grand respect pour ses droits que l’on doit servir généreusement. Cela vaut pour tous les enfants, mais c’est d’autant plus important que l’enfant est plus jeune, ayant besoin de tout, ou qu’il est malade, souffrant ou handicapé ».


Ce court extrait de l’exhortation apostolique Familiaris Consortio de Jean Paul II date de 1982, soit 7 ans avant l’adoption par l’ONU de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (CIDE) dont nous fêtons aujourd’hui le 30e anniversaire. En effet, le traité répond en bien des points à ce qui constitue le cœur de la foi chrétienne : la défense de la dignité de tous, et en particulier des plus fragiles. Nulle surprise donc que le Saint Siège ait été l’un des tout premiers à ratifier la CIDE le 20 avril 1990 et ait souvent depuis repris la défense des petits. Nulle surprise non plus que les enfants de l’ACE aient depuis plus de 80 ans toujours porté cet engagement à leur niveau à travers des actions locales, nationales et même internationales avec le MIDADE.

En ce 30e anniversaire, l’ACE sera donc présent localement à travers la mobilisation des clubs, mais aussi nationalement notamment aux côtés du collectif AEDE dans la « Dynamique de la Convention aux actes » qui rassemble une trentaine d’ONG, d’associations et de collectifs actifs dans tous les domaines de l’enfance, afin de porter avec d’autres un message fort de plaidoyer pour une meilleure effectivité des droits de l’enfant. Pour que les 265 millions d’enfants qui ne sont toujours pas scolarisés accèdent à l’école, pour que les 152 millions d’enfants forcés de travailler retrouvent une vie d’enfants, pour que plus aucun d’eux ne soit emprisonné, que les filles ne soient plus mariées de force et que toutes les violences dont nous avons maintenant conscience cessent.

Les commentaires sont clos.