Ciné-débat : outil pour l’expression et le développement de l’esprit critique de l’enfant

Les enfants d’aujourd’hui sont exposés à de nombreuses sollicitations radiophoniques ou vidéo : publicités, séries, dessins animés… via différents écrans : smartphones de leurs parents, la télévision et les ordinateurs. S’il n’est pas possible, et sans doute pas souhaitable de les priver totalement de vidéos, comment les aider à discerner ce qui est bon pour les faire grandir de ce qui peut nuire à leur liberté ? Comment voir quelque chose tout en faisant preuve d’esprit critique ?

La formule du ciné-débat permet d’avoir une thématique précise

Le ciné-débat que beaucoup connaissent est souvent un moyen d’aborder une thématique précise : la famille, l’écologie, la pauvreté… Cela permet de croiser les points de vue sur le film qui peuvent avoir été différents compte tenu de la personnalité de chacun. Lorsqu’un film traite d’un sujet en particulier (par exemple le réchauffement climatique), le débat portera sur ce sujet. La présence d’un débat permettra de discuter de ce sujet, et de permettre que les personnes puissent donner leur avis. Mais le ciné-débat avec des enfants peut prendre une toute autre tournure : exprimer leur ressenti, et réfléchir aux enjeux du film et à l’intention de l’auteur.

Organiser un ciné-débat

Le ciné-débat pour faire s’exprimer les enfants sur leur ressenti

Le ciné-débat est une formule ludique pour qu’enfants et adolescents puissent donner leur avis, réfléchir selon les points de vue des autres mais également prendre du recul sur ce qui vient d’être vu. Les histoires, vraies ou fictives, peuvent toucher profondément les enfants, et même avoir une influence sur eux. Dans un ciné débat, une personne doit être désignée pour animer les échanges. Les questions que voici peuvent y aider :

  • Qu’as-tu pensé de l’intrigue, des personnages ?
  • Qu’as-tu vécu pendant ce film ? Qu’as-tu ressenti ? Qu’est ce qui t’a touché ? Qu’as-tu aimé ?
  • Une scène ou bien l’histoire du film t’a-t-elle rappelé quelque chose que tu as toi-même vécu ? Ou quelqu’un que tu connais ?
  • Qu’est-ce que ce film t’a apporté ? Comme connaissance, comme idée de projet, comme résolution à prendre ?

Si les participants (enfants comme adultes) sont très nombreux, il peut être intéressant de les répartir en sous-groupes afin que chacun puisse prendre la parole s’il le souhaite.

Prendre du recul et débattre de ce qui vient d’être vu

Comme l’expression des enfants, le développement de l’esprit critique des enfants a toujours tenu une place importante à l’ACE. Après l’expression des ressentis des enfants, il peut être intéressant de prendre du recul en discernant sur le sens de ce qui vient d’être vu. Si des éléments de contexte sont connus, ils peuvent être donnés par l’animateur. Par exemple, les entretiens avec les réalisateurs sont des sources d’information intéressantes (à ce sujet, lire l’entretien de la réalisatrice du film Cœurs vaillants). Voici quelques questions pour faire réfléchir les enfants aux intentions du réalisateur :

  • Quelle a été l’intention du réalisateur ? Quel(s) message(s) a-t-il voulu faire passer ?
  • A-t-on des éléments autour de la création de ce film ?
  • Le comportement des personnages principaux te paraît-il bon ou mauvais ? Pourquoi ?
  • Quelque chose t’a t il semblé juste ? injuste ? Pourquoi ?
  • Si une personne a posé un acte courageux, aurais-tu été capable de cela ?

Un outil d’animation de débat made in ACE : le « on cogite, on discute »

L’ACE propose une façon de faire et des conseils pour bien animer un débat avec les enfants. Ce sont les fiches « On cogite, on discute » – c’est une rubrique récurrente dans les revues enfant Ricochet et Vitamine. L’animateur doit veiller à ce que le débat ne devienne pas une « discussion de comptoir ». Le ou les animateurs du débat préparent avec précision les questionnements pour que les enfants puissent s’exprimer, réfléchir, creuser et interroger leur opinion.

Les conseils donnés pour l’animation des débats On cogite, on discute, donnent des clés pour

  • La disposition de la salle et des participants
  • La posture de l’animateur : être sérieux, savoir recevoir ce qui est dit, reformuler, questionner…
  • La gestion de la parole

Les commentaires sont clos.