Le secret de la continuité de l’ACE dans la région du Royans (Drôme)

L’ACE du 26 compte 9 clubs et une cinquantaine d’enfants. La plupart des clubs se situe dans la région du Royans. Pour organiser les rencontres et les activités, les enfants et les responsables de l’ACE peuvent compter sur MarieC Ferlin, une laïque engagée pour faire vivre ce mouvement d’Eglise en secteur rural. Elle nous parle des clubs de sa région et du secret de leur continuité !

MarieC Ferlin est une laïque engagée ! Au sein de l’ACE de la Drôme, elle s’occupe particulièrement d’animer le secteur du Royans, une zone rurale à une heure de Valence et de Grenoble, où l’ACE perdure depuis 1973. Maman de 4 enfants, MarieC est en ACE depuis plus de 40 ans tout en étant maîtresse d’école. Responsable de son premier club en 1977, elle est aujourd’hui animatrice d’un secteur qui compte 7 clubs : « Quand je me suis mariée, l’ACE démarrait dans le Royans. Le prêtre m’a proposé de prendre un engagement et j’ai choisi de rejoindre l’ACE. Le premier club dont j’ai été responsable s’est arrêté lorsque les filles allaient avoir 18 ans. J’ai redémarré ensuite avec des petits Perlins. » C’est ce principe qui vaut encore aujourd’hui : qu’un même accompagnateur accompagne un même club d’enfants de leurs 6 à leurs 15-17 ans.

Les clubs ACE du Royans ont une histoire : à l’exemple de leurs responsables de club, les enfants en grandissant demandent à devenir responsables à leur tour.

« Beaucoup d’enfants qui grandissent en club rêvent d’être un jour responsable d’un club ! Notre principe, c’est que les enfants gardent, dans la mesure du possible, le même responsable de club de leurs six à leurs quinze-dix-sept ans. Cela permet aux enfants de faire la découverte de la fidélité en responsabilité : Tu es important pour Moi, je m’engage pour Toi ! » témoigne MarieC, professeure des écoles, retraitée depuis peu. Parmi la quarantaine d’enfants des clubs du Royans, nul doute que plusieurs d’entre eux deviendront responsables à leur tour ! « Dans notre région, il n’y a pas de lycée, ni d’établissement supérieur. Dès la seconde, les adolescents partent ailleurs. Les jeunes responsables qui sont étudiants rentrent pour les samedis de clubs et pour les 2 temps forts départementaux : la Récollection et le Rassemblement. Ils ont baigné dans l’ACE et ne laissent pas leur club ! »

Les enfants des clubs ACE du Royans rassemblés en mai 2019

Pour limiter les déplacements, les clubs se retrouvent tous les 15 jours à la même heure et dans un même lieu : le samedi matin à Saint Jean-en-Royans, dans de grands locaux paroissiaux. Quand on devient grands Triolos et Top’Ados on se retrouve, en plus, une fois par mois, le samedi soir. « On devient des grands ! Et, les jeunes qui sont devenus responsables peuvent continuer leur vie et leurs projets de club. » raconte MarieC pour qui les moments entre clubs ou « interclubs » (jeux, aller aux cabanes, carnaval par exemple) permettent de vivre des moments entre clubs, « les interclubs ». « Les plus grands apprennent à faire attention aux plus petits, ils se sentent importants et grandissent ! Dans les temps de jeux, ils apprennent aussi à ne pas jouer que pour être les plus forts ! »

La région du Royans, un territoire rural

Les clubs ACE du Royans ont une accompagnatrice : elle fait le lien indispensable pour que l’ACE se développe et vive dans la durée.

MarieC est présente, les responsables sont jeunes et certains ont moins de 18 ans : « d’être «sur le terrain » me permet de rester connectée ! Si un responsable ne peut être présent, c’est moi qui fais club ! Cela me permet aussi de répondre en direct aux questions des responsables ou de les accompagner dans la gestion de situations délicates. J’ai le temps de rencontrer les parents et de les mettre en relation. Je passe aussi du temps avec le club des Parents. Je crée du lien. La relecture en CDR et au CD 26 est beaucoup plus riche ! Aujourd’hui, s’il n’y a pas d’accompagnateur, il n’y aura pas d’ACE dans la durée ! »

Un club de Parents, des baptêmes, des communions et même un mariage religieux par le biais de l’ACE

« Nous sommes en rural avec une dizaine de petits villages autour de Saint-Jean-en-Royans, village de 3000 habitants. Les parents déposent leurs enfants et en profitent pour faire les courses. Tout commence par un café rapide que l’on prend entre quelques parents au bar de la place de l’Eglise. Puis, ce moment s’allonge jusqu’à midi et le Club des Parents voit le jour ! En salle ou en terrasse, le lieu est adopté !

Au cours du samedi « Lancement de l’année », après avoir réfléchi à la même résolution, le Club des Parents s’engage devant les enfants. Il participe au Rassemblement Drôme. Comme leurs enfants, les parents découvrent et vivent une vie d’Eglise où les sacrements sont célébrés avec Bruno, notre aumônier. Un long cheminement et… communier pour la 1ère fois, se marier à l’église ? Pourquoi pas ! Rien d’impossible à l’ACE ! »

Des enfants de l’ACE, le jour de leur première communion, entourés des copains des clubs ACE.

A l’ACE Drôme, depuis plus de 20 ans, des enfants demandent à faire leur première des communions : « En majorité, les enfants et leurs familles sont hors circuit Eglise. L’ACE est leur seul lieu d’Eglise. C’est là qu’ils peuvent découvrir l’eucharistie, et avoir le désir de communier. La préparation se fait avec les copains du club. En général, les communions se font au Rassemblement Drôme. Cela peut donner le goût aux autres copains et aux adultes, ensuite, l’Esprit Saint se débrouille ! »

Depuis 2007, suivent les demandes de baptêmes. « Comme pour les communions, les enfants se préparent et font leur baptême en présence des copains du club. Aujourd’hui, une demande de confirmation adulte se met en place… » raconte MarieC qui poursuit sur le rôle de l’ACE : « L’ACE, c’est un super lieu d’Eglise car on accueille les gens là où ils en sont, sans jugement. Il faut que nous restions ouverts quels que soient les parcours des familles, que nous donnions du temps pour écouter leur histoire et comprendre leurs attentes. »

Côté outils pédagogiques, les clubs du Royans s’appuient sur ce que propose le national : « Sans les propositions du national, nous ne pourrions pas tenir. Nous ne pouvons pas inventer tous les outils, comme ceux qui permettent de vivre les résolutions par exemple. Nous bénéficions aussi des formations pédagogiques en ligne. C’est la chance et la force d’appartenir à un Mouvement !»

Malgré tout, MarieC et ses responsables de club ne manquent pas d’idée et font des propositions adaptées aux enfants et aux circonstances. Durant le confinement, les liens ont été maintenus et les enfants ont été invités à participer à une action de dépollution numérique ou encore à fabriquer des lanternes à l’occasion de l’appel de l’Eglise du jour de l’Annonciation à allumer une bougie à sa fenêtre.

Les commentaires sont clos.