Juin • Comprendre la liberté pour mieux aider les enfants à grandir

Liberté - citation de Nelson Mandela

La liberté est une notion qui paraît simple à comprendre. Pourtant, selon l’option philosophique retenue, elle ne signifiera pas la même chose. Nous avons choisi ici d’expliquer la liberté à la lumière de la théologie morale de Servais-Théodore Pinckaers. Selon ce frère dominicain, être libre, c’est être capable de choisir le bien.

La compréhension que chacun a de la liberté a une conséquence directe dans la façon de discerner, de raisonner, de prendre une décision, de poser un acte. Définir la liberté, c’est aussi dire qui est la personne humaine.

Le théologien Pinckaers distingue deux approches de la liberté. Dans la première, sans doute la plus répandue dans les mentalités de notre époque, il s’agit de choisir entre deux contraires. C’est une liberté propre à chacun. C’est dans cette première définition que la liberté d’une personne finit là où commence celle des autres.

La seconde, qu’il appelle la « liberté de qualité », est une faculté de l’âme humaine qui permet à la personne de faire le bien. Comme toute faculté, cela s’éduque. Cette approche de la liberté implique qu’il existe dans la nature de toute personne un penchant à faire le bien. Aussi que c’est en exerçant les vertus que la liberté, c’est-à-dire la possibilité de faire le bien, s’acquière. Selon Servais-Théodore Pinckaers :

« Le germe naturel de la liberté est formé en nous principalement par le sens du vrai et du bien, de la droiture et de l’amour, par le désir de la connaissance et du bonheur. »

Et pour mieux expliquer cette « liberté de qualité », Pinckaers propose l’exemple suivant :

« Nous savons tous comment on apprend la musique à un enfant, à jouer du piano, par exemple. Il faut d’abord que l’enfant possède certaines prédispositions à la musique. (…) S’il est doué, il vaut la peine de requérir pour lui un professeur de musique qui lui enseignera les règles de son art, qui les lui inculquera par des exercices nombreux et réguliers. Au début, l’élève, malgré son désir d’apprendre, éprouvera souvent les leçons et les exercices comme une contrainte imposée à sa liberté et à ses attraits du moment. (…) Mais s’il s’applique et persévère, l’enfant doué fera bientôt des progrès sensibles (…). Son goût et son talent se développeront. (…) Il créera des œuvres nouvelles dont la qualité manifestera l’épanouissement de son talent et révélera sa personnalité musicale. 

Dans cet exemple très simple, nous voyons clairement apparaître une nouvelle forme de liberté. Chacun de nous est certes libre de frapper à sa guise sur chaque note du piano indifféremment. Mais cette liberté est rudimentaire, sauvage en quelque sorte ; elle cache l’incapacité de jouer convenablement des morceaux même faciles et d’éviter les fautes. En revanche, celui qui possède l’art du piano a réellement acquis une liberté neuve : la capacité de jouer convenablement toutes les pièces qu’il veut et d’en composer de nouvelles. »

Cet exemple de l’apprentissage d’un instrument de musique nous signifie qu’il y a trois étapes dans la formation de la personne pour faire le plus de bien possible :

  • la discipline comme relation de maître à disciple. C’est ici que se fait la transmission.
  • la formation des vertus (courage, joie, obéissance, vaillance, espérance…),
  • enfin, la maturité de la liberté qui se traduit dans la prise d’initiative, « l’action de qualité et la fécondité créatrice ».

En bref, la liberté, ce n’est pas être libre pour faire ce que l’on veut, mais faire ce qui est bon, et même ce qui est le meilleur.

D’après Les sources de la morale chrétienne de Servais-Théodore Pinckaers (OP), Editions du Cerf.


L’activité du mois

Carnet 100% amitié de l'ACE

> Bonjour !

Cette activité est issue du carnet Plus de 30 activités citoyennes et solidaires et découvrez encore plus d’activités, de petits jeux, de bricolages avec la collection Les petits carnets de l’ACE disponible dans la rubrique boutique du site de l’ACE.

Amuse-toi à dire « Bonjour » dans toutes les langues !

Dans certaines langues, cette salutation signifie : la paix !

Établir un premier contact avec quelqu’un qui ne parle pas la même langue que toi, peut être le début d’une belle amitié…


L’agenda

  • 20 juin : Fête des Pères
  • 21 juin : Fête de la musique

Les commentaires sont clos.