Et si on préparait Noël ?

Lorsque nous pensons à Noël nous pensons assez vite au sapin et aussi à la crèche…
Les mettre en place dès le début de l’Avent permet de préparer enfants, familles et amis à vivre les fêtes dans l’esprit de Noël : fraternité, partage, accueil, solidarité.

La crèche et le sapin : deux signes forts de la tradition

La crèche, « petit chef-d’œuvre de beauté » nous dit le Pape François manifeste la tendresse de Dieu fait petit enfant. Par l’émotion, elle permet de « toucher cet événement unique et extraordinaire qui a changé le cours de l’histoire ». Pour les chrétiens, « Dieu se présente dans un enfant, pour être accueilli dans nos bras. Dans la faiblesse et la fragilité, se cache son pouvoir qui crée et transforme tout. ». Cette représentation de l’événement de la naissance de Jésus permet d’annoncer le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu avec « simplicité et joie ».

Le sapin de Noël tel que nous le connaissons aujourd’hui est le fruit du mélange de l’héritage païen populaire et du christianisme. Le sapin symbole d’immortalité, représente quelque chose de la vie au cœur de l’hiver et de la nuit. « L’arbre de Noël avec ses lumières nous rappelle que Jésus est la lumière du monde, il est la lumière de l’âme qui chasse les ténèbres de l’inimitié et laisse place au pardon » dit encore le pape François. Le sapin symbolise aussi l’arbre de vie, l’arbre du jardin d’Eden, du paradis d’Adam et Eve, et l’arbre de Jessé figurant l’ascendance du Christ.

Reconstituer la scène de la crèche

Au centre de la crèche se trouve la Sainte-Famille : la Vierge Marie, représentée comme une mère qui contemple son enfant, saint Joseph, dans une attitude de protection, et enfin le petit Jésus, au centre. Marie témoigne «de la façon de s’abandonner dans la foi à la volonté de Dieu ».

Quant à Joseph, «il est le gardien qui ne se lasse jamais de protéger sa famille ». On peut essayer de se mettre à la place de Marie qui a déposé son fils dans la crèche : elle écoute, observe et conserve tout dans son cœur. Joseph a cherché un lieu adapté pour Marie et l’enfant qui va naître. La manière dont on installe la mangeoire n’est pas importante, ce qui compte « c’est que cela soit signifiant pour notre vie », qu’elle reflète l’amour de Dieu pour nous, « le Dieu qui s’est fait enfant pour nous dire combien il est proche de chaque être humain, quelle que soit sa condition » «et à éprouver en cela le bonheur ».

Les bergers vivent dehors… Ils veillent. L’annonce des anges est pour eux. Et ils vont aller chercher immédiatement le Sauveur, l’Emmanuel c.à.d. Dieu avec nous, qui est né. Tous vont offrir leur fraternité, leur amitié. Enfin, quand se rapproche la fête de l’Épiphanie, on installe dans la crèche les Rois mages, le signe qu’on peut partir de très loin pour rejoindre le Christ.

S’émerveiller et se mettre en chemin…

Comme un « Évangile vivant », la crèche permet de contempler la scène de Noël et de se mettre « spirituellement en chemin ». On s’émerveille et on peut découvrir toute l’importance de vivre un temps de silence, de prière, de recueillement. On expérimente la patience dans l’attente et ce cheminement nous ouvrira aussi à la joie, celle d’accueillir Celui qui vient et nous invite à vivre des moments heureux en famille ou avec des proches, et aussi en pensée avec ceux qui sont éloignés mais si présents dans les cœurs.

Noël c’est se rendre encore plus attentifs à chacun, faire la paix, pardonner, se réconcilier, remercier… Ainsi, tendre la main à celui qui en a le plus besoin prend tout son sens. Chacun devient acteur de la Bonne nouvelle qui se renouvelle parmi nous.

Pour cette 1ère semaine de l’Avent,

l’ACE invite les enfants et leurs familles …

À ouvrir chaque jour une fenêtre du calendrier de l’Avent
L’abécédaire vous révèlera peu à peu le mystère de la naissance de Jésus.


À découvrir ou redécouvrir

Téléchargez les fiches PDF !


À confectionner

Téléchargez les fiches PDF !

Les commentaires sont clos.