Octobre : j’ai le droit de m’exprimer

Penser, s’exprimer et participer librement

Le droit d’expression est très présent dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant, en particulier dans l’article 13 selon lequel « l’enfant a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen du choix de l’enfant. » Libertés de pensée et de participation y sont également soulignées. Autrement dit, non seulement les enfants ont le droit d’élaborer leur propre pensée, d’avoir un avis sur les sujets qui les concernent ou non, mais ils ont également le droit de le faire connaitre et leur parole a du prix !
Et cependant, c’est un droit qui est difficile à appliquer. Il est souvent difficile de permettre à la parole des enfants, surtout les plus jeunes, de prendre effet et d’impacter concrètement leur environnement direct : en famille, au collège, dans leur ville ou leur village, leur département, etc.

Et l’ACE dans tout ça ?

L’Action Catholique des Enfants veut être un de ces lieux qui accueille la parole des enfants et leur permet de lui donner chair. C’est ainsi que les enfants en club consacrent une grande partie de leurs rencontres aux échanges, à la relecture de ce qu’ils vivent au quotidien. C’est aussi le rôle du Conseil national des enfants qui fait exister et évoluer le mouvement à partir des aspirations et des idées des enfants eux-mêmes.

Et c’est ce que nous vivrons en février prochain à Paris !


L’ACTIVITÉ du mois

>>>> Le Théâtre Forum

Traiter de situations difficiles, conflictuelles et faire passer des messages pour éviter qu’elles ne se reproduisent.

♦ Pour autant de participants que vous le souhaitez.

1/ La mise en situation : une situation problématique est jouée par les comédiens (harcèlement à l’école, dispute avec un frère ou une sœur…)
2/ Le forum : chaque spectateur est invité à réagir, à faire part de ce qu’il a ressenti ou pensé de cette scène. Le maître du jeu écoute chacun, reformule, favorise des propositions différentes, invite un spectateur à monter sur scène pour qu’il joue sa proposition.
3/ Le remplacement : le spectateur prend la place d’un des comédiens. Ce qu’il propose modifie donc la réaction des autres personnages qui vont improviser. Plusieurs spectateurs peuvent, à tour de rôle , proposer de nouvelles situations et monter sur scène. Une fois la scène exploitée au maximum, on en discute puis on joue une nouvelle scène .


> Retrouvez chacun des mois de l’année et les jeux et activités qui les composent sur notre rubrique 1 mois 1 droit.

Les commentaires sont clos.