La formation écoute et relecture a fait carton plein

Une trentaine de responsables en ACE ont participé à la formation du 23 novembre consacrée à l’écoute et à la relecture de la parole des enfants. L’intervention de Dominique Mazin-Prieur, psychologue, et du Père Aurélien de Boussiers, aumônier national, ont précédé des ateliers pratiques pour apprendre à collecter et à relire la parole des enfants.

La matinée a été consacrée aux apports de fond avec, en premier lieu, l’intervention de la psychologue Dominique Mazin-Prieur. Elle a donné des éclairages sur la psychologie des enfants, leur façon de s’exprimer et leur besoin d’être écoutés.
Les participants ont entendu de nombreuses pistes pour comprendre ce qu’il y avait derrière ce que l’enfant disait.

Des retours des participants :

« Écouter c’est donner une place. Reconnaître l’autre dans ce qu’il est et être avec des sentiments. Faire club, c’est accueillir la parole des enfants et être disponible. »

Le Père Aurélien, aumônier national de l’ACE depuis septembre, a donné des éclairages sur l’importance de l’écoute dans l’Ancien et le nouveau testament.

Cela a permis aux participants de comprendre comment l’écoute pouvait rejoindre un projet plus large.


Des ateliers pratiques sur l’écoute et la relecture des enfants

L’après-midi, les participants ont, à tour de rôle, participé à deux ateliers. Le premier portait sur la relecture.  Comment on voit la main de Dieu dans la vie des enfants ou comment rend-on visible l’invisible ?

Relire, c’est relier. Lorsqu’on relit, on rassemble des éléments, des faits de vie. C’est les mettre en rapport, relier des personnes, des évènements. En les reliant, on fait émerger du sens et de la cohérence.

Relire nous invite à discerner. Ce discernement se fonde sur la conviction que ce que nous cherchons à reconnaître est, de fait, mystérieusement présent. Ce travail consistera à dévoiler la dimension divine de la vie humaine « tout homme est à l’image de Dieu, et son Histoire est une histoire sacrée.

Le second atelier consistait à donner des pistes concernant la relecture de la parole des enfants. Comment récolte-t-on la vie des enfants, leurs paroles et les gestes ? C’était un exercice assez technique. Comment peut-on faire et à quel moment, quelle est la posture de l’écoutant ? Toutes les occasions sont bonnes pour collecter la parole des enfants : pendant ou après le club, durant un trajet en voiture, à pieds, dans un bus… ; pendant une fête, un temps fort… ; durant une récollection, un temps spirituel…

Pour ce faire, plusieurs pistes ont été données : se mettre dans une posture d’écoute active et bienveillante (aiguiser son sens de l’écoute et de l’observation) Noter ce que vous remarquez, les joies, les peines, les imprévus, ce qui vous bouscule…Noter de manière brute, sans jugement : le prénom de l’enfant qui parle, sa réflexion, le contexte, son humeur…Noter les interactions entre les enfants, entre les enfants et les adultes, avec les parents…

Les commentaires sont clos.