Hélène Frémondière, 21 ans, présidente départementale pleinement engagée


Hélène Frémondière a 21 ans et habite Villedieu-la-Blouère dans le Maine-et-Loire. Elle est responsable d’un club de Top’Ados et suit des études pour devenir professeur des écoles. Son goût pour l’éducation des enfants lui a valu d’être appelée à devenir présidente au niveau de son département. Une fonction qui lui permet de mettre ses talents au service de l’ACE et d’apprendre beaucoup…

Helene Frémaudière présidente départementale ACE 49

Jadis en club avec les Perlins, les Fripounets, les Triolos et enfin les Top’Ados, Hélène Frémondière n’a jamais quitté l’ACE ! « L’ACE, j’y vais depuis le CP ! J’ai toujours continué à être en club quand les autres enfants tournaient. L’ACE, pour moi, ce n’est pas une passion comme jouer de l’accordéon, ça fait partie de moi ! » raconte Hélène qui ne va pas à l’ACE pour telle ou telle activité mais pour « y rencontrer l’autre ». 

« J’ai vécu à l’ACE beaucoup de bonnes choses étant enfant. L’ACE fait la Hélène que je suis aujourd’hui. » En club ACE, les activités permettent de rencontrer l’autre. Et c’est ce qu’aime Hélène pour qui « il y a quelque chose à l’ACE qui nous relie, dans le sens spirituel, qu’on soit croyant ou non… Les enfants apportent leurs jeux, partagent leurs idées… tout cela pour mieux se connaître. »

Une fois lycéenne, Hélène a pris la responsabilité d’un club de jeunes de 13 à 15 ans en co-animation avec une maman. « Notre club de Top’Ados est né de la fusion de trois clubs de trois communes différentes : Villedieu, Saint-Macaire et Roussay. Ma sœur Romane en fait partie. » précise Hélène qui s’occupe également d’organiser des interclubs : « ce sont des soirées pour les Triolos et les Top’Ados autour d’un grand jeu, d’un repas et d’échanges. » Les recollections tiennent aussi une place importante à l’ACE 49 : « Dans le secteur de Saint-Macaire-en-Mauges, c’est une journée pour les Perlins et les Fripounets. Il y a un accueil avec des chants puis des ateliers : histoire avec un livre, jeu à l’extérieur, temps spirituel où l’on réfléchit et l’on crée quelque chose pour la célébration avec le prêtre. Les personnes des clubs se présentent et s’accueillent mutuellement. Une année, un apiculteur était venu. Les témoignages de personnes extérieures à l’ACE ont une place importante. »

A l’ACE, il y a une influence saine pour que les enfants sortent d’eux-mêmes. « Les filles de mon club n’ont pas peur de dire qu’elles vont à l’ACE à leurs camarades du collège… » témoigne Hélène, heureuse que ces jeunes filles reconnaissent volontiers l’ambiance de bienveillance qui règne à l’ACE : « Au collège, on se moque des personnes qui n’ont pas telle marque de baskets… A l’ACE, on ne s’en moque pas. »

Faire confiance aux enfants

« Faire confiance aux enfants, c’est un point important du savoir-être des adultes responsables dans le projet de l’ACE. Mais parfois, on peut l’oublier…  Un jour, durant un camp, nous faisions des courses avec les Top’Ados. Je m’inquiétais des quantités… aura-t-on trop ou pas assez ? Et là, Ninon me dit : Hélène on prend ça et ça, fais nous confiance ! »

Club ACE du 49
Hélène Frémondière et son club ACE

« Un éducateur qui sait faire épanouir les visages autour de lui, qui relève à propos les actes de bonne volonté, qui fait toucher du doigt les qualités à acquérir, aura toujours plus d’influence que celui qui commande d’un air triste ou chagrin et qui n’a sur les lèvres que des mots de reproche. »

— P. Gaston Courtois in La bonne humeur

S’engager davantage en devenant présidente et « gagner en maturité »

« Quand on s’engage à l’ACE, on s’y engage entièrement ! » assure Hélène qui a pris en février 2017 la présidence de son département. Alors qu’elle faisait partie du comité départemental depuis deux ans, elle a succédé comme présidente à Noémie, devenue responsable du secteur de Cholet. « Pourtant, je me disais… moi, Hélène, jamais présidente de l’ACE… Il y a trop de choses que je ne connais pas… Entre l’animation de mon club et l’accordéon, je n’ai pas le temps ! Mais j’ai été encouragée à prendre cette fonction que Noémie m’a expliquée. Je me suis alors dit que cela pouvait être un plus pour ma vie à l’ACE, j’ai alors dit oui, et ne le ne regrette pas du tout. » Hélène Frémondière est fière de son engagement dans l’ACE : « Je peux apporter un regard neuf, de l’optimisme… J’aime beaucoup rire et faire rire. Je pense que j’apporte de la joie. » En tant que présidente, Hélène a une vue d’ensemble sur l’organisation du département. Elle participe aux événements qu’elle organise parfois, comme le bal folk ou la randonnée ainsi qu’aux réunions avec les trésoriers, les responsables des secteurs, etc.

Si Hélène donne beaucoup pour l’ACE, elle reçoit aussi ! « Cette fonction de présidente m’apprend à m’organiser et à prendre des décisions. Au comité départemental, lorsque l’on aborde un sujet, je tâche de guider les échanges qui mèneront à une décision collective. Cela me fait gagner en maturité d’être présidente à 21 ans… et me donne confiance en moi pour m’exprimer à l’oral ! » Et les occasions de prendre la parole en public ne manquent pas. Hélène a récemment ouvert une journée de rassemblement avec les ACE de Bretagne et Pays-de-la-Loire.

L’association départementale de l’ACE 49 est une des associations qui compte le plus d’enfants en clubs. « Pas moins de 43 clubs dont beaucoup dans les Mauges. A Angers et à Cholet, il y a également des clubs. Et l’on est en train de créer un club à Saumur… » commente Hélène qui s’occupe également du journal départemental Enfants du 49 publié quatre fois par an. « Cela permet de montrer aux clubs quels projets sont montés par les autres clubs et donner des idées pour faire club. Le journal est aussi envoyé à notre évêque et à des anciens de l’ACE qui souhaitent suivre la vie du mouvement… » ajoute-t-elle.

Une vocation de professeur des écoles qui a grandi dans le terreau de l’ACE

Aujourd’hui, Hélène est en Master 1 Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation pour devenir professeur des écoles à l’Institut Notre-Dame-d’Espérance d’Angers. Quoi que ses deux parents soient enseignants, Hélène a toujours eu ce désir d’être professeur des écoles… « C’est comme si c’était inné ! » Et elle confie comment l’ACE l’aide : « Par rapport à d’autres personnes qui suivent la même formation que moi, j’ai davantage de facilité à gérer des projets : organiser, planifier, récolter un peu d’argent… c’est quelque chose de normal pour moi qui vit cela à l’ACE. »

Les commentaires sont clos.