Fête du jeu : Et les enfants décidèrent de fêter le jeu…

Fête du jeu

Avec les beaux jours, les ACE organisent des fêtes du jeu partout en France. La Fête du jeu est née en 1988 à l’initiative des enfants, depuis elle n’a cessé de faire des émules. Tous les acteurs de la vie locale s’engagent dans la préparation de ce temps fort pour le quartier, voire le village ou la ville.

Pour l’ACE, la Fête du jeu est l’occasion de rappeler une fois de plus à quel point le jeu est important dans la vie des hommes. Source de plaisir et générateur de rencontres, il est un puissant facteur de cohésion sociale et le lieu où les enfants prennent pleinement leur place en organisant leurs jeux.

Cette manifestation, où chacun est à l’initiative, permet aux enfants de vivre de façon concrète les droits de participation, édictés dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (articles 12 à 15).

­L’esprit de cette journée prend appui sur les principes suivants :

La gratuité : la participation à la Fête du Jeu doit être gratuite pour tous.
Le jeu pour tous :cette journée doit permettre de rassembler et de faire se rencontrer des personnes d’âges et de cultures différentes.
Le jeu sous toutes ses formes : cette journée fera la promotion du jeu sous toutes ses formes : jouets, jeux de société, de plein air, traditionnels, jeux vidéo… et encouragera toute autre initiative en rapport avec le jeu (exposition, conférence, débat…).
Jouer partout : lors de cette journée, il s’agira de favoriser la pratique du jeu dans les lieux publics et privés, les institutions, la rue ou l’espace familial.

Ballons fête du jeu

Le droit de jouer

Extrait de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant

Article 13.1 : « L’enfant a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce, sans considération de frontières, sous une forme orale, écrite, imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen du choix de l’enfant. »

Article 31 : « 1.Les États parties reconnaissent à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge et de participer librement à la vie culturelle et artistique. 2. Les États parties respectent et favorisent le droit de l’enfant de participer pleinement à la vie culturelle et artistique et encouragent l’organisation à son intention de moyens appropriés de loisirs et d’activités récréatives, artistiques et culturelles, dans des conditions d’égalité. »

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) est un traité international adopté par l’Assemblée Générale des Nations Unies, le 20 novembre 1989.
>> Pour lire l’intégralité de la Convention :  www.droitsenfant.com/cide.htm


Un peu d’histoire

En 1987, l’ACE lance une enquête nationale auprès des enfants en club. Celle-ci porte sur quatre points : les jeux des enfants aujourd’hui, les relations dans le jeu, les espaces de jeu et le temps pour jouer. Un colloque vient ponctuer cette opération.

En 1988, des clubs prennent l’initiative d’organiser des Fêtes du jeu dans leur quartier ou leur village.

En 1990, l’ACE décide d’amplifier ces fêtes locales en instaurant une journée nationale. Près de 200000 personnes y participent chaque année.

En 1992-1993, des partenaires associatifs et des collectivités locales s’associent et apportent leur contribution au projet.

En 1995-1996, la Fête du jeu s’ouvre aux adultes et aux personnes âgées avec succès. Le jeu se révèle être un véritable vecteur de communication entre générations.

­En 2006, un réseau qui se met en place

L’édition 2006, parrainée par l’Association des Maires de France, est marquée par la mise en place d’un site Internet : les organisateurs peuvent y trouver des outils pratiques et inscrire en ligne leur manifestation ; les joueurs peuvent découvrir la grande variété des Fêtes du jeu. Un peu partout, les collectifs locaux d’organisation se structurent, la Fête du jeu devient un rendez-vous annuel incontournable.

Depuis 2010 : l’événement se généralise

Une multiplicité d’événements du printemps à l’été. Au même titre que la Fête des voisins ou la Fête de la musique, cette manifestation devient incontournable.

Les commentaires sont clos.