Le jeu, de l’enfance à l’adolescence

A chaque étape du développement de l’enfant correspond une approche différente du jeu. L’acquisition de nouvelles habiletés, la découverte de l’abstraction, le besoin de socialisation, conduisent l’enfant puis l’adolescent à explorer sans cesse de nouveaux terrains de jeu.

 

La petite enfance

Lors des premières années de sa vie, l’enfant va découvrir son corps et apprendre à le maîtriser. Les jeux de manipulation (faire tourner, secouer, tirer, etc.) qui lui permettent d’explorer ses capacités sensorielles vont bientôt s’étendre aux jeux de langue. Il découvre le plaisir d’émettre des sons de plus en plus élaborés en répétant des sonorités (écholalies), produisant des gazouillis sans signification particulière. Vers l’âge de 3 ans, l’enfant qui commence à maîtriser le langage, distingue de mieux en mieux le mot de la chose (le signifiant du signifié). Se développent alors les jeux de faire-semblant, les imitations, la création de situations imaginaires. Ces jeux symboliques favorisent l’identification des divers rôles sociaux et l’expression des émotions.

Les enfants de 6 à 8 ans

À partir de 6 ans, l’enfant commence à apprécier les jeux de socialisation dont les règles préfigurent ce que sera sa vie en société. Les jeux de la petite enfance ne sont pas pour autant délaissés (doudous et peluches continuent à être utilisés parfois à l’abri des regards) et les jeux symboliques avec la création de scénettes imaginaires occupent encore une place importante dans les activités enfantines. Pendant cette période, l’enfant découvre le plaisir des collections (timbres, petits objets, cartes…). Il développe son habileté manuelle avec le bricolage (collage, coloriage). C’est le temps des aventures en plein air avec la construction de cabanes et le début d’activités à caractère physique qui prendront plus tard la forme du sport.

De 9 à 11 ans

L’enfant connaît une transformation sur le plan social avec l’importance grandissante de « la bande ». Il s’agit de se valoriser aux yeux des autres dans des jeux de compétition. Dans la cour de récréation, il y a bien les nouveautés marketing du moment – dont les règlements d’école limitent parfois l’usage — mais les classiques perdurent. On retrouve ainsi les billes, l’élastique, la marelle, l’échange de cartes, et bien sûr le foot. Les jeux à règles prennent une forme plus élaborée portant sur des raisonnements et des combinaisons qui nécessitent hypothèses et stratégies. C’est souvent durant cette période que les enfants, et particulièrement les garçons s’initient aux jeux d’échecs.

De 12 à 15 ans

À partir de 12 ans, on commence à parler d’adolescence ou de préadolescence. Le groupe de copains prend une place de plus en plus importante. A cours de leurs discussions, les jeunes échangent parfois autour des jeux vidéo sur les stratégies à mettre en place pour gagner une partie ou leurs derniers scores. Certains parents s’inquiètent de voir leurs adolescents passer de longs moments sur sa console de jeux.
Si l’usage abusif des écrans peut mettre en lumière une volonté du jeune de se couper du monde extérieur, ces cas sont finalement assez rares, les jeux vidéo étant souvent l’occasion de partages entre copains.
Les jeux de société ne sont pas abandonnés, en particulier, les jeux prisés par les adultes et qui permettent de se mesurer, en famille, aux parents.

 

Les commentaires sont clos.