Rencontre avec Emmanuel du groupe Prayer

Emmanuel est l’auteur de la nouvelle chanson de l’ACE intitulée « Ma joie ». Il est chef de chœur des Glorious Gospel, groupe de pop louange gospel qui interprète la chanson.

>> Retrouvez les paroles et clip de notre Chanson.


Interview du créateur de notre Chanson


Emmanuel, peux-tu nous dire pourquoi le groupe a accepté d’interpréter cette chanson pour l’ACE ?

Je suis animateur pastoral en cité populaire et je suis responsable d’un club ACE de 17 enfants.
C’est un honneur pour nous de chanter les mots des enfants ! Nous considérons que la parole des enfants et des jeunes est riche et qu’elle nous bouscule, nous les adultes. C’est aussi un défi qui nous a été lancé car nous n’en n’avions encore jamais composée.

Comment l’as-tu écrite ? De quoi t’es-tu inspiré ?

La Fédération Nationale de l’ACE m’a offert de lire les courriers des clubs, des temps forts et des paroles de ceux qui avaient participé au concours « Happy Song » (ndlr Vitamine N° 194). Évidemment je n’ai pas repris mot pour mot les phrases des jeunes, mais je m’en suis inspiré. Il fallait que ça rime et que ça colle au tempo. Ce que j’en ai ressorti : la joie d’être ensemble, la joie de s’exprimer, la joie d’être écouté…

Quelle est l’origine du groupe Glorious Gospel ?

Il y a 7 ans, un dimanche pendant la messe, le prêtre de la paroisse a dit dans son homélie qu’il serait bon de créer une chorale pour rendre vivante la parole du Christ. Avec 2 amies, Maxime-Déborah et Amandine, on a pris au mot son message. Le groupe était né ! Nous avions 19 et 25 ans à l’époque.

Qui sont les Glorious Gospel ?

Ce sont 14 jeunes chanteurs de quartiers populaires de la ville de Carrières-sous-Poissy (78) accompagnés par 4 musiciens professionnels : un pianiste, un batteur et 2 guitaristes. Notre but est de transmettre à tous des messages de joie et l’amour de Dieu.

Quand tu étais petit, tu étais en club ACE toi ?

Je n’ai pas fait partie de l’ACE mais je connais le mouvement depuis longtemps puisque j’ai milité à la JOC de mes 16 à mes 27 ans. Cet engagement m’a permis de prendre conscience que lorsqu’on nous donne les moyens de bouger et qu’on croit en nous, on peut transformer la société.

 

Les commentaires sont clos.